Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Claudia del Fierro
du 6 septembre 2008 au 11 octobre 2008
Exposition solo

Les vidéos de Claudia del Fierro, présentées chez OPTICA, documentent des performances réalisées dans des lieux publics. La nature des actions rappelle a priori les œuvres vidéographiques des années 1980 au Québec, à mi-chemin entre la fiction et le documentaire. Privilégiant une captation en direct, del Fierro ne se soucie pas de peaufiner une image, ni de l’esthétiser. Elle se préoccupe davantage d’être au service d’un contenu, le plus souvent social et féministe. Il s’en dégage un fort sentiment d’appartenance teinté d’humour. Au travers de ces bandes et dans sa pratique en général qui combine documents visuels et audio, c’est la critique d’une société qui se profile, le climat d’incertitude et de surveillance (dans l’espace public), la précarité de l’être, le statut de la femme chilienne, le rôle des classes, des médias et celui de l’artiste dans sa communauté.

Identica, 2000 illustre candidement le phénomène du concours télévisé, calqué sur le modèle américain. Ici, on ne peut rester indifférent au déroulement de ce concours, diffusé à la télévision nationale, et au sort réservé à la gagnante. Le montage chaotique porte à croire qu’il s’agit d’une fiction où la secrétaire, personnifiée par del Fierro, est l’héroïne tragi-comique de la soirée. Cette vidéo porte un regard cru, sans filtre, sur les médias, surtout sur les stéréotypes véhiculés par le petit écran qui imite la culture hollywoodienne.

Politicamente Correcto, 2001, est une action qui se déroule dans un quartier industriel de Santiago. Sur une base quotidienne et durant plusieurs semaines, l’artiste s’est infiltrée, au moment de la pause, dans une usine de textile où travaille un grand nombre de femmes. Chaque jour, elle est vêtue d’une robe de couleur identique à celle des travailleuses. Ayant déjà peu de temps pour échanger, aucune d’entre elles ne remarquera sa présence. En imitant un code vestimentaire, del Fierro soulève des questions d’éthique et de politique sur le rôle de l’artiste et sur les limites de l’art, en s’introduisant dans l’espace de l’autre.

En galerie, la vidéo, qui documente cette action, est présentée conjointement avec les robes portées par l’artiste. Le nombre de robes forme une colonne qui est elle-même à l’échelle de la Chilienne moyenne. Cette installation a été présentée au Musée d’art contemporain de Santiago quelque temps après l’action de l’artiste et la fermeture de l’usine. C’est la première fois qu’elle est montrée dans son intégralité à l’extérieur du Chili.

Depuis, del Fierro est passée derrière la caméra d’où elle observe l’environnement et la condition des autres, celle d’être immigrant dans The Sweet Promise, 2007, et de vivre en autarcie dans Wild Life, 2008.
- Marie-Josée Lafortune

Œuvres en galerie :
Identica, 2000 – DVD 3,57 min
Politicamente Correcto, 2001 – DVD 3,15 min, tabliers

Claudia del Fierro vit et travaille à Santiago (Chili) où elle détient une maîtrise en arts visuels de l’Université du Chili. Elle a exposé au Chili et a participé à de nombreuses expositions à l’international dont Göteborg (Suède), Melbourne (Australie), Rotterdam (Pays-Bas), New York (É.U.), en plus de prendre part à la Novena Bienal de Arte de la Habana, à Cuba, et à la IV Bienal Mercosul, à Porto Alegre, au Brésil. En 2008, elle était artiste en résidence à IASPIS, à Stockholm.