Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Karen Henderson
du 5 mars 2005 au 9 avril 2005
The Optica Show

Karen Henderson présente deux nouvelles œuvres réalisées spécifiquement pour la galerie Optica. La projection vidéo intitulée 70 times removed from the original est pour ainsi dire une animation qui a débuté par une diapositive en couleur d’une partie du mur est d’Optica. Un double en couleur a été fait de cette diapositive; puis on a fait un double de ce double; puis le double doublé a été doublé, et ainsi de suite jusqu’à l’obtention de 69 diapositives incluant l’originale. Ces images ont été numérisées dans l’ordinateur et réunies les unes à la suite des autres pour donner un film : une série d’images montrées successivement à une vitesse qui donne l’illusion d’un mouvement dans l’espace. Concernant la raison pour laquelle il y a 69 images plutôt que les 70 évoquées par le titre, Henderson dit : «Je voulais faire référence à l’écart initial qui existe entre regardeur et regardé.»

40 consecutive photographs of here constitue un autre type de suite d’images réunies. Celle-ci a démarré avec 40 photographies d’une fenêtre située dans le mur nord d’Optica, lesquelles ont été prises les unes après les autres. «J’ai travaillé au transfert du processus filmique, qui est linéaire, en un processus sculptural, comme un jeu de cartes, dans lequel chaque cadre ou photographie est déposé sur une couche transparente et empilé de façon à ce que voyiez tous les cadres en même temps.» Dans ce cas-ci, une série d’images est montrée de manière à produire l’illusion d’un arrêt dans le temps. Je crois qu’au cœur de ces deux œuvres réside l’impression d’une temporalité radicalement stratifiée et radicalement fluide – temps de la documentation, temps des divers processus matériels et temps des processus perceptuel et réflexif du regardeur, qui se jouent tous sur le terrain commun de la galerie.
- Martin Arnold

Bibliographie
- Delgado, Jérôme, «Traces majeures», La Presse, 27 mars 2005, p.17.
- Lemarche, Bernard, «Le temps découpé», Le Devoir, 2-3 avril 2005, p.E7.
- Olanick, Natalie, «Jeux de miroir», CV ciel variable, no 68, août 2005, p.41.
- «Karen Henderson : The Optica show», Scans, vol. 3, no 2, 24 mars 2005, [www.photobasedart.ca].