Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Stephanie Shepherd
du 25 février 2000 au 1 avril 2000
Cryolite

«Cryolite» est composé d’un objet structurel et d’une animation en trois dimensions sur ordinateur créée par des processus simultanés de dégradation et de fabrication, semblables à ceux qui participent à la formation de l’iceberg. Les icebergs semblent si stables, solides comme le roc, de la taille des buildings. Cependant, lorsqu’on les observe sur l’océan, la caractéristique la plus frappante des icebergs est leur mouvement sans cesse changeant. Fruits des glaciers, ils viennent au monde sous l’impulsion d’un schisme soudain. Dès lors moulée par des forces externes, la tectonique des icebergs est déterminée par l’entropie et la désintégration.

L’absence de forme structurelle qui est inhérente aux icebergs se distingue par sa fluctuation, tout comme leur orientation physique et leurs trajectoires géographiques. La stabilité est illusoire; les icebergs, en train de fondre et en mouvement, peuvent éclater en morceaux et être réorganisés en de nouvelles configurations. Même la pointe de l’iceberg se trouve submergée sous l’eau si le centre de son équilibre est suffisamment déplacée. Propulsés par les courants océaniques, les icebergs empruntent des parcours excentriques – ils errent.

Image iconique du nord, l’iceberg n’en échappe pas moins à l’attraction inévitable du sud. Il existe des projets visant à les remorquer jusqu’à des pays subtropicaux où ils deviendraient des sources d’eau douce. Étrangers dans un environnement salin, les icebergs d’eau douce diminueraient petit à petit, rongés par l’eau qui les supporte et les façonne.

En dépit de la densité et du poids apparents de l’iceberg visible, les 7/8 de sa masse demeurent submergés sous l’eau et livrés à notre imagination. La proverbiale pointe de l’iceberg représente à la fois le vu et le non-vu. Dans cette exposition, la nature paradoxale de l’imprévisible iceberg est examinée à partir de deux substituts formels. L’un construit et l’autre simulé, ils sont tous deux des ébauches improbables de «Cryolite».

Stephanie Shepherd détient un baccalauréat en sciences zoologiques de la University of Guelph, un diplôme de l’Ontario College of Art et une maîtrise en arts plastiques de l’Université Concordia. Parmi ses expositions récentes à Montréal, mentionnons «Drifters/À la dérive», une simulation sur ordinateur dans la salle médiatique d’Articule, «48 Rooms/48 Hours» qui regroupait plusieurs installations dans une ancienne maison de chambres, «À Point» qui présentait des artistes en photographie numérique de Montréal et de Toronto dans l’Édifice Belgo, et «Death of the Party» au Quartier Éphémère. Elle occupe présentement le poste de Technicien Chef au Visual Arts Macintosh Computer Facilities de l’Université Concordia à Montréal.

Bibliographie
-«Artist-Run Culture», Mix Magazine, vol. 25, no 4, printemps 2000, pp.18-19.