Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





David Blatherwick
du 14 avril 2000 au 20 mai 2000
The Interior of a Minute

«The Interior of a Minute» est la quatrième d’une série d’installations vidéo (les autres étant «The Conversation», «Chamber of Impulse», «Multiple Horizon») dans laquelle je me prête à une observation des impulsions, des faits et des gestes qui passent inaperçus et qui font une sous-culture de notre train-train existentiel. Des mouvements comme mâcher, se gratter ou respirer sont tellement intégrés à notre être qu’ils ont pratiquement une vie autonome. Si je m’intéresse à ces fonctions, c’est pour en dévoiler la nature humaine enchevêtrée, dans toute sa vulgarité, son humour et sa beauté.

L’œuvre présentée poursuit la même recherche, mais cette fois dans le domaine du temps et de la gravité. On considère en général notre perception du temps comme étant implacable, comme une marche avant linéaire; une chose que nous comprenons en la divisant en secondes, en minutes, en heures... Pareillement, notre reconnaissance des uns et des autres est en partie régie par le travail de la gravité sur la chair et les os. Ne changez qu’une fraction de ces aspects, et le monde devient étrangement méconnaissable. Ne changez que légèrement n’importe quel de ces aspects, et nous voilà fascinés, hypnotisés. L’écart entre ce que l’on considère comme étant réel et un univers absurde, dysfonctionnel, est parfois aussi ténu que le souffle d’un atome. En être conscient peut être une belle chose.

Artiste multidisciplinaire, David Blatherwick vit et travaille à Montréal. En 1999, il expose «Recovery Room» à la Cité Internationale des Arts à Paris, «Hyperlinear» à la Galerie Nadimi à Toronto et «Polymental» à la Galerie 101 à Ottawa. Au cours de la même année, il est boursier de la Fondation Pollock-Krasner. Il a participé à de nombreuses expositions de groupe incluant, entre autres, «The Hand au Power Plant» de Toronto en 1999, «Peinture Peinture», organisé par l’AGAC dans l’édifice Belgo, et «Artifice», organisé par le Centre Saidye Bronfman dans des espaces publics au centre-ville de Montréal en 1998, «Partly Human» à la Galeria d’Arte Moderno à Guadalaraja et Temistocles à Mexico en 1994. Parmi ses installations vidéo, mentionnons «Multiple Horizon», en 1999, présentée à The Mattress Factory de Pittsburgh et «The Conversation», en 1997, à la galerie OPTICA.

Bibliographie
- Corriveau, Thomas, «David Blatherwick. OPTICA, Montréal, 14 avril–20 mai», Para-para, octobre-novembre-décembre 2000, p.6.
- Crevier, Lyne, «Michel Goulet et The Interior of a minute, Portée de mots. Tëte en bas», Ici, 27 avril - 4 mai 2000, p.47.
- Lamarche, Bernard, «Un tête-à-tête compulsif», Le Devoir, 6-7 mai 2000, p.D6. - Mavrikakis, Nicolas, «Sens dessus dessous», Voir, 11-17 mai 2000, p.82.
- McLeod, Dayna, «Turning Heads. David Blatherwick takes on gravity», Hour, 4-10 mai 2000, p.33.