Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Nestor Krüger
du 3 novembre 2000 au 9 décembre 2000
Misfit

La plupart des murales représentent une tentative de créer un art du lieu, un travail in situ qui ne participe pas de l’état de «sans-abri» typique d’une grande partie de nos objets d’art.

«Misfit» est, pour l’essentiel, une simple murale exécutée chez Optica. Mais alors que les murales mettent habituellement en œuvre une exploration ou une reformulation du lieu où elles se produisent, dans ce cas-ci, le travail met en jeu deux espaces différents, Optica et Eye Level (à Halifax), qui sont superposés et imbriqués l’un dans l’autre. En conséquence, la murale d’Optica ne peut plus «équivaloir» l’espace où elle se produit. Je suis tenté de dire que cette murale ne «se produit» pas du tout puisqu’elle se déroule uniquement du fait d’être cartographiée dans ce non-lieu qu’est le modèle informatique où deux espaces peuvent se pénétrer l’un l’autre de façon transparente.

Je pense qu’il est aussi important de noter que, dans le travail de Nestor Kruger, la planification et la mise en forme de l’œuvre relèvent toujours de l’ordinateur. Ceci produit cette insistance maintenant caractéristique que met l’artiste sur l’information plutôt que les phénomènes, où le tactile, la sensualité et la contingence du monde réel se voient délibérément abstraits et évaporés pendant que l’œuvre se planifie et s’exécute. Ce qui en résulte est une non-sensualité étrangement fascinante, presque familière, presque sensuelle.
-Andy Patton

Nestor Kruger est né en 1965 à Montréal. Il a étudié au Ontario College of Art and Design à Toronto, où il continue d’habiter et de travailler. Il est un membre fondateur du collectif «Painting Disorders» de Toronto avec lequel il a exposé en 1994 «Painting Disorders», en 1995 «Surface Matters» et en 1996 «Fast». Kruger a aussi présenté des expositions personnelles à Mercer Union (Toronto, 1996), à Artcite (Windsor, 1997), à la Loggia Gallery (North York, 1997), au Musée des beaux-arts de l’Ontario (Toronto, 1999), ainsi qu’une exposition faite en collaboration avec l’artiste David Armstrong à la Cold City Gallery (Toronto, 1998). Plus récemment son travail a été vu au «Balcony», dans le cadre d’un projet se déroulant sur le balcon de l’artiste James Carl et donnant sur le marché Kensington à Toronto. En 2001, on pourra voir son travail à la galerie Eye Level à Halifax, à Southern Exposure à San Francisco et dans une exposition collective à Lyon en France.

Bibliographie
- Crevier, Lyne, «Enfilade virtuelle», Ici, 23-30 novembre 2000, p.40.
- Krishtalka, Sholem, «Surreal Subversions», Mirror, 16-23 novembre 2000, p.50.
- Lehmann, Henry, «Gaucher true to his vision. (Nestor Kruger’s wall paintings, Baier)», The Gazette, 2 décembre 2000, p.18.
- Mavrikakis, Nicolas, «La galerie en perspective», Voir, 30 novembre – 6 décembre 2000, p.19.