Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Peter Krausz
du 2 avril 1985 au 27 avril 1985
Dessins / Installations

« (…) Très heureuse surprise, à la galerie Optica (3981 blvd Saint- Laurent), que cet ensemble d’œuvres de Peter Krausz dont on connaît, ne serait-ce que par son activité de conservateur au Centre Saidye Bronfman, la passion pour le dessin, et particulièrement pour les mises en scène suggestives qu’en proposent certaines formes d’art contemporain.

L’exposition, d’une dignité impressionnante, rend visibles les débordements du portrait, tout ce par quoi ce genre peut dépasser la simple représentation d’un individu et appeler un environnement poétique qui l’élève au rang de sujet mythique. Ici, la figure dessinée entre en relations avec des éléments antinomiques de l’œuvre, par exemple avec un rectangle de graphite (ou d’argile) appliqué à la main directement sur le mur et qui est à la fois plus éphémère que la toile, et aussi avec des objets métalliques (trouvés ou fabriqués) dont la matérialité fait au contraire ressortir la légèreté et l’inachèvement du portrait. Et le fait que ces matériaux réagissent différemment à l’action de la lumière complexifie encore chacune des propositions.

D’autres tensions naissent entre les allures tantôt très naturelles et tantôt très culturelles de ces mini – installations, et, à l’intérieur de ces dernières, entre des références tout à fait actuelles et très éloignées dans le temps. Dans les dernières pièces, Peter Krausz délaisse autant le dessin que l’installation pour revenir à une peinture complexe qui confirme la profondeur et la diversité de son propos (…) »
- Gilles Daigneault, Le Devoir, samedi 6 avril, 1985