Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Laurel Woodcock
du 7 septembre 2001 au 13 octobre 2001
Game

Let the games begin. Endgame. Game point. It's a racket out there. She’s got game. Even the score. Gamesome. Keep your eye on the ball. No Contest. Game plan. The dating game. Gameness. Gamecock. Game of chance. It’s a no win situation. Gamely. Play ball.

Sur un mur, une grande projection DVD montre la tête d’une jeune femme. Parfois, elle semble absorbée dans ses pensées, parfois elle fixe le vide; il y a des moments de rire et des tentatives de communication non verbale. Tandis que la composante vidéo de l’œuvre renvoie à l’aspect performatif et non monté des premières bandes vidéos et de l’art conceptuel, les écouteurs, qui sont disponibles sur le mur opposé, fournissent une référence plus immédiate. Puisque les éléments visuels et oraux sont séparés, les spectateurs font l’expérience de «Game» dans la solitude. «Game» met en représentation une métaphore plus générale sur le jeu au sein d’une culture basée sur la compétition.

Une expression paradoxale — le conceptualisme sentimental — résume parfaitement l’art de Laurel Woodcock. Bien qu’instruit par l’art conceptuel, son travail est empreint de qualités humoristiques et émotives qui se jouent de l’esthétique distanciée de ce mouvement. Ses installations intègrent, au sein de différentes configurations, des médias temporels comme la vidéo, l’audio et le DVD. Parfois, l’artiste invite à l’interaction en offrant au visiteur de la galerie des cadeaux fabriqués en série. Faisant référence au cinéma, à la culture populaire et à la technologie, ses installations résonnent d’ironie et d’un pathétisme modéré tout en mettant en scène des propositions discrètement théoriques.

Son travail a été présenté dans des expositions individuelles et collectives au Canada, aux États-Unis et en Europe. Plus récemment, Jan Allen était commissaire d’une vue d’ensemble du travail de Woodcock dans une exposition intitulée «take me, I’m yours» au Agnes Etherington Art Centre. Elle vit présentement à Toronto et est maître assistant en vidéo, nouveaux médias et performance à l’université de Guelph. Laurel Woodcock remercie l'Université de Guelph, Faculty Research Grant pour son aide financière.

Bibliographie
- Entrevue à Radio CBC (88,5 FM), Émission «The Arts Today» de Will Aitken, 1er octobre 2001.