Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques




image
© Raphaëlle de Groot, Collecte de poussière, 2001. Photo : Patrick Mailloux

Carl Bouchard, Raphaëlle de Groot, Rachel Echenberg, Martin Dufrasne, Massimo Guerrera, Devora Neumark
du 7 octobre 2001 au 14 octobre 2001
Gestes d'artistes

Commissaires : Marie Fraser et Marie-Josée Lafortune

De New York … à Montréal

Une série d’actions de rue, réalisées par six artistes québécois, est présentée dans divers lieux à New York grâce à une collaboration entre Artists Space, The Lower Manhattan Cultural Council et OPTICA, un centre d’art contemporain à Montréal. Ces interventions urbaines explorent les seuils précaires et complexes entre une «politique» et une «poétique» du geste quotidien en faisant appel à une expérience individuelle qui sert d’intermédiaire entre les limites malléables des domaines privé et public.

Devant faire face aux contraintes sociales et politiques qui ont modifié, au cours du dernier mois, notre rapport au monde, le projet «GESTES D’ARTISTES» qu’Optica devait présenter dans des endroits publics et des rues de New York, du 07 au 14 octobre, a dû être déplacé à Montréal à quelques heures d’avis. Les artistes participants, Carl Bouchard, Raphaëlle de Groot, Rachel Echenberg, Martin Dufrasne, Massimo Guerrera et Devora Neumark, ont désiré transformer et adapter leurs interventions artistiques en réponse à la difficulté d’intéragir dans des lieux urbains new-yorkais, l’espace public se voyant de plus en plus habité par des forces de sécurité.

La poursuite du projet et sa présentation à Montréal se veulent aussi une forme de résistance affirmant l’importance de la circulation des idées et un geste de solidarité envers les organismes et les gens qui souhaitaient au départ nous accueillir et qui nous ont convaincus de l’urgence d’agir.

Voir le catalogue des publications.


Carl Bouchard, Martin Dufrasne
«Star Rats»

Coin sud-ouest à l’angle des rues St-Urbain et René-Lévesque
12 octobre (15h45-17h45)

Marquer des points avec des claques à rats qui claquent dans un jeu compétitif. Ensuite, au moins quarante minutes d'immobilité. Ensuite, au moins 40 minutes d'immobilité, entourés d'inscriptions qui disent «Interrogez le ciel» et «regardez-vous».


Raphaëlle de Groot
«Collecte de poussières»

Square Cabot, rue Ste-Catherine ouest (bordé par les rues Atwater, Lambert-Closse et Tupper)
11 octobre (8h-10h, 12h-14h, 16h-18h)
12 octobre (8h-10h, 12h-15h)

Au fil des jours et de ses rencontres avec les gens, Raphaëlle de Groot compte et classe chacun des grains récoltés et retranscrit les réactions des gens. Un geste curieux et méticuleux. De l’histoire que trace la poussière à celles racontées surgissant de ses rapports avec les gens, apparaît un sous-texte qui nous laisse voir la dimension cachée des choses.


Rachel Echenberg
«STILL (from within, to without)»

Sur rendez-vous
12-13 octobre 2001 (9h-18h)

Une machine de créatures sensuelles. Pulsion après pulsion. Les rythmes qui battent et s’entrechoquent.
«STILL (from within, to without)» [«IMMOBILE, du dedans au dehors»] est une méditation intime qui se déroule en public. Portant un stéthoscope conçu pour deux auditeurs, l’artiste et un participant informé entendront les sons provenant de l’intérieur du corps alors que le monde extérieur réverbérera dans ses vaisseaux.
J’invite le public à prendre rendez-vous avec moi à différents endroits à Montréal le vendredi 12 octobre ou le samedi 13 octobre, entre 9h00 et 18h00. Une fois l’heure fixée, nous devons convenir du lieu «public» (parcs, intersections, arrêts d’autobus, stations de métro, bibliothèques, cafés/restaurants, bureaux, etc.) et de la durée de cette rencontre (entre 15 et 30 minutes). Je demande aux gens de choisir un lieu qui correspond à leur routine quotidienne et où je pourrai les attendre afin de commencer cette action silencieuse.


Massimo Guerrera
«Darboral. Transposition d'un détail de trente-trois pieds carrés»

Place Gérald-Godin (Métro Mont-Royal)
11-13 octobre 2001 (14h00-18h00)
Darboral (souper) au 4553, rue Adam
14 octobre 2001 (19h00)

À raison de quatre heures par jours, Massimo Guerrera occupe sur la place Gérald-Godin un espace de trente-trois pieds carrés, disposé à accueillir les gens qui passent et à entamer un dialogue. Sa présence surprenante et l’étrangeté de son territoire brisent le rythme public de la ville, inversant les activités et la frénésie urbaines. Poussant la notion d’échange jusqu’au don, il confie des sculptures portatives à des gens qui s’engagent à les rapporter après un temps déterminé. «C’est un travail sur la confiance. Les petits objets circuleront ainsi autrement dans l’espace urbain et dans le corps des citadins.»


Devora Neumark
"she loves me not, she loves me"

10, rue Ontario ouest, app. 706
12 octobre (12h-18h)
Gestes collectifs dans divers endroits dans la ville :
- «Cloche de la paix», Jardin Japonais du Jardin botanique de Montréal,
- Parc Jarry, près de la sculpture Caesura de Linda Covit,
- Parc Jean-Drapeau, près du chêne planté par la ville en commémoration pour les victimes du 11 septembre 2001,
- Monument commémoratif La réparation dans le parc Marcellin-Wilson sur le boul. Henri-Bourassa nord
- «Place de la paix”, boul. St-Laurent (au nord de René-Lévesque, face au Monument national)
13 octobre (dans la journée)

Intitulée «she loves me not, she loves me», cette intervention performative est une reprise du geste familier qui consiste à consulter l’«oracle» de la marguerite en l’effeuillant pétale par pétale. L’aspect mélancolique de ce geste sera accentué par l’abondance envahissante de marguerites et par la durée de cette pratique d’art relationnel en direct.


Pour la présentation à Montréal, nous remercions vivement le Bureau de l’art public du Service de la culture de la Ville de Montréal pour son appui.

Le projet Gestes d’artistes s’inscrivait dans le cadre de Québec New York 2001, un événement majeur présenté dans la ville de New York, et rendu possible grâce au concours du Conseil des arts et des lettres du Québec, de la Commission Québec New York 2001, du Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada, du Lower Manhattan Cultural Council, de Artists Space et City of New York / Parks and Recreation.

Optica bénéficie du soutien financier du Conseil des Arts du Canada, du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts de la Communauté urbaine de Montréal.

Partenaires:
Moukhtar Kocache, assisté de Jennifer Charron, Director of Visual Arts Programs and Services of the Lower Manhattan Cultural Council
Barbara Hunt, Executive Director of Artists Space, New York
Adrian Sas, Officer Special Event from the City of New York / Parks & Recreation
Andrée Daigle, Chargée des projets culturels Québec-New York 2001
Yves Pépin, Chef, Arts visuels et médiatiques, Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada
Regine Basha, Agent, Affaires culturelles publiques, Consulat général du Canada
Anne Girard, Conseillère, Service culturel, Délégation générale du Québec à New York

Carl Bouchard et Martin Dufrasne vivent ensemble et travaillent à Chicoutimi. En plus de poursuivre leur production individuelle respective, ils élaborent depuis 1998 un travail conjoint. Leur pratique individuelle s’est fait remarquer au Québec dans plus d’une quarantaine d’expositions individuelles et collectives.

Jeune artiste, Raphaëlle de Groot expose activement depuis 1996. Ses interventions pointent le caché, l’omis et l’intime qui composent la dimension latente et souterraine de l’espace public. À la fois archéologue et détective, elle amasse les indices d’une histoire qui échappe à nos yeux et agit dans des contextes extérieurs à l’art.

Ancré dans la performance (mises en scène, interventions publiques et installations-performances), le travail de Rachel Echenberg s’intéresse aux situations, par des actions spécifiques visant à explorer et à partager une présence vécue. Depuis 1992, son travail a été présenté dans des expositions, des colloques et des festivals artistiques au Canada et en Europe, dont une participation au «Performance Index Festival» en Suisse, «Public Art as Social Intervention» à Montréal, le «3rd International Art Meeting» en Pologne et «Time/Space/Presence» à Toronto.

Massimo Guerrera œuvre dans les domaines des arts visuels et de la performance depuis 1992, date à laquelle il entreprend une série de «works in progress» sur l’incorporation alimentaire et la circulation, dont son fameux projet de cantine mobile. Il a participé notamment au Festival international de nouvelle danse de Montréal cet octobre-ci, à la Biennale de Montréal, en 2000, et exposé au passage de Retz à Paris, en 1998.

La pratique interdisciplinaire de Devora Neumark regroupe des interventions et des performances, des installations et des réalisations publiques. Elle a participé à de nombreuses expositions, dont «Sur l’expérience de la ville», organisée par Optica en 1997. En novembre dernier, elle présentait «Dutch Woman at Large» au Metropolitain Museum of Art de New York avec le concours du Consulat Général du Canada et The Franklin Furnace Performance Art Fund.


Bibliographie
- Bérubé, Stéphanie, «L’automne du Québec à New York : premiers artistes choisis», La Presse, 9 février 2001, p.C7.
- Crévier, Lyne, «Des Québecois à New York», Elle Québec, octobre 2001, p.46.
- Lamarche, Bernard, «La Matière et l’éphemère, confrontation avec la capitale internationale de l’art» , Le Devoir, 8-9 septembre 2001, p.G7.
- Sparkes, Colette, «L’intelligence extraite du chaos quotidien – gestes d’artistes», Esse, printemps-été 2002, pp.66-75.
- «Fastforward», Canadian Art, vol. 18, no 3, automne 2001, p.29.
- Fraser, Marie et Marie-Josée Lafortune (eds.), Gestes D'Artistes, Montréal : OPTICA, un centre d'art contemporain, 2003.