Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Bill Jones
du 16 février 1976 au 25 mars 1976
Photographic Objects / Objets photographiques

«Face à Alvarez Bravo, l’art de Bill Jones fait plutôt figure d’anti-photographie. La photo avait pourtant l’habitude de nous raconter quelque chose, de s’en tenir à un thème clair. Mais avec Jones, le sujet n’occupe plus les premières loges. Il n’a qu’une maigre importance en regard des paradoxes et des juxtapositions inattendues que nous font affronter les images du photographe. Celui-ci accumule des objets trouvés, il fabrique des photos-montages complexes, il insère des photographies à l’intérieur des photographies, il fait jouer la couleur avec le noir et le blanc, il accumule les impossibilités les unes après les autres pour nous dérouter complètement. Son triptyque intitulé Dog Portrait de 1975 laisse voir trois niches dont deux seulement possèdent des ouvertures. Ces niches, assemblées à partir d’autres photographiques, sont en fait des illusions. […] Une photographie capte un instant présent particulier dans le temps. Deux photos différentes à l’intérieur d’une même image essaient dans une relation de contenant à contenu de nous faire admettre deux instants inconciliables, de là les ambiguïtés des photographies de Jones. L’artiste travaillant un peu à la manière du peintre déconstruit la photographie traditionnelle. Il ampute ses images de toute crédibilité au profit du déclin de la signification. Ce que veut nous dire en fait Jones, c’est que les objets que nous avons sous les yeux n’ont aucune existence. C’est la photographie qui prime et qui masque en quelque sorte le sujet. Jones ira jusqu’à souligner la fiction du médium en photographiant des photos et des revues de photographies pour intituler ironiquement le tout An inquiry into the aesthetic of photography, paraphrasant ainsi le titre d’un numéro spécial de la revue artscanada sur la photographie.»
- Toupin, Gilles, «Alvarez Bravo et Bill Jones, deux générations», La Presse, 28 février 1976.

22 février 1976
Conférence de Bill Jones

Bibliographie
- Ireland, Jock, «Silkscreens that refresh; photographs that lasso», The Gazette, 20 mars 1976.
- Toupin, Gilles, «Alvarez Bravo et Bill Jones, deux générations», La Presse, 28 février 1976.