Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Toby MacLennan
du 8 novembre 1983 au 26 novembre 1983
The Absence of a Hole

Optica accueillera du 8 au 26 novembre « The Absence of a Hole », une installation film/sculpture que l’artiste décrit comme suit :

« Il s’agit d’une personne qui entreprend de créer, d’inventer sa propre vie. Dans sa quête il y a prise de conscience qu’une telle denrée n’est pas considérée et elle réalise donc que sa culture ne peut lui offrir les clés menant à l’acquisition de la connaissance. Si quelque individu parvient à donner un sens véritable à sa vie, alors c’est à sa propre capacité d’innovation, de création qu’il le devra. Cette installation illustre cette expérience. »

Sheila MacIntire commente cette pièce dans une publication du Centre for Inter-American Relations à New York :

« Affirmer que l’œuvre de Toby MacLennan n’est qu’une intégration de métaphores visuelles et verbales saisissantes dans le but de dévoiler les relations entre les choses et entre sujet et objet ne saurait lui restituer son caractère distinctif. Il faut reconnaître que l’apparition de ces relations déséquilibre nos habitudes de perception et inspire un sens du merveilleux qui régénère le monde autour de nous - le monde des cuillères et des tasses tout autant que celui des paysages de la nuit et des vagues de l’océan…»

Le caractère inhabituel des combinaisons de Toby MacLennan nous contraint à observer avec soin ces relations qu’elle forge et les limites qu’elle estompe. Lorsqu’une pierre nous enseigne le mouvement ; une chaise, la curiosité ; un coquillage, la passion humaine, ses images ne se limitent plus aux formes du spectacle. Ces leçons continuent de résonner bien longtemps après la chute du rideau.
- Communiqué de presse (Optica)

Toby MacLennan qui vit maintenant à Toronto, a déjà présenté ses performances, films, installations et écrits dans plusieurs centres canadiens et américains depuis le début des années ’70.