Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Mark Adair
du 29 novembre 1986 au 20 décembre 1986
Toronto Bank Robbery, Twister, Helen and the Choker

Mark Adair, sculpteur, présentait à Toronto, en avril 85, deux importantes pièces très bien reçues par la critique (Vanguard, automne 85, Parachute 41, hiver 85, et le Globe & Mail, 12 avril 85) ; deux pièces qui pouvaient cependant apparaître comme extrêmement dissemblables tant par leur structuration, leur contenu que leur médium. Toronto Bank Robbery (1984) est en effet une pièce qui se présente en peu comme un chemin de croix, série de stations en bas-relief sur bois accompagnées de textes, mettant en scène un vol de banque. Alors que Twister (1985) est une large murale en fort relief sur plâtre représentant une tornade surplombant un paysage à la fois urbain et campagnard. Ce sont ces deux pièces que le public montréalais pourra voir à Optica, ainsi qu’une pièce toute récente, Helen and the Choker (1986), constituée de deux petites mise en scène, elles aussi en relief sur bois et accompagnées de textes, mais dont le propos est beaucoup plus poétique et allégorique.

Mise en rapport avec les deux premières, cette dernière pièce révèle et renforce la cohérence sous-jacente à la démarche de Adair. Helen and the Choker condense en quelque sorte à la fois l’opposition du sacré et du profane à l’œuvre dans Toronto Bank Robbery et l’opposition de l’humain à la nature, présente dans Twister. En plaçant la figure humaine en suspension entre la terre et le ciel, littéralement et métaphorique, Helen and the Choker nous introduit à ce qu’on peut peut-être considérer comme une esquisse de cosmologie. Dans cet optique, les trois pièces peuvent ainsi être envisagées en référence à la relation de l’homme avec le monde et l’univers qui l’entoure, et ce, sous les angles multiples du social, du naturel, du sacré et même du métaphysique… Cela se concrétise plus spécifiquement dans la représentation de la passion et de la vénération, comme dans Toronto Bank Robbery, dans celle, plus générale, de la "conduite humaine", dans Helen and the Choker

Parallèlement, la mise en forme des matériaux apparaît elle-aussi très cohérente, même si, au premier abord, Twister se différencie fortement par son très grand format et l’absence de texte et de narration. Cette pièce semble en effet marquer une hésitation dans la recherche sculpturale de Mark Adair, comme un retour à des préoccupations antérieures. En fait elle participe aussi d’une projection de l’image picturale dans l’espace, ou plutôt d’une exploration de cette zone intermédiaire qui va du bas-relief à la mise en scène dans laquelle l’espace prend plus de profondeur et les figures se détache nettement du fond arrière. Cela est d’autant plus apparent si l’on sait que Twister s’est accompagnée de plusieurs travaux similaires, de petits formats, présentés au mur dans des genres de boîtes…
- Communiqué de presse (Optica)