Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Joey Morgan
du 10 janvier 1987 au 31 janvier 1987
Vancouver Now / Vancouver 86 : Insertion

« Vancouver '86: Insertion» est une exposition mise sur pied par Manon Blanchette pour la Walter Phillips Gallery en mai dernier. Elle se veut un constat de la pluralité de l'importance des productions actuelles des artistes de Vancouver, et de leur pertinence à l'heure des débats autour de la postmodernité. Marie Perrault a coordonné la tenue de cette exposition qui sera présentée simultanément dans les 6 galeries parallèles de Montréal durant tout le mois de janvier:

Articule: Alyson Clay, Graham Gillmore and Richard Prince. Dazibao: Katie Campbell, Trudy Rubenfeld and Ian Wallace. Oboro: Gathie Falk and Jerry Pethick. Optica: Joey Morgan and videos by S. Diamond, Ivo, T.T.V., E. Vander Zaag, P. Wong and C. Wyngaarden. Skol: Greg Murdock and Charles Rea.

À Optica:
«Fugue» de Joey Morgan.
Le grand espace est presque vide. Seul un fauteuil fatigué fait face, d'assez loin, à un genre de table basse faite de treillis métallique sur laquelle reposent dix cadres de bois emplis de cire, tous surmontés sauf ceux des extrémités de grillages légers représentant les murs et le toit des maisons. Juste derrière, une immense photo nous montre un bulldozer démolissant une maison. Si on s'approche encore un peu, on constate que des numéros civiques sont fixés dans la cire et que chaque 'maison' comporte un petit haut-parleur suspendu au grillage ou enfoncé dans la cire. Puis, emplissant la salle, on entend un message de répondeur automatique nous informant de l'heure et de la date de la démolition de maisons, sur Pacific Street à Vancouver, et de la retranmission en direct des sons de cet évènement dans un entrepôt abandonné situé tout près, rue Hamilton. Ensuite seulement, on entend la fugue: pièce musicale composée de 3 bandes sonores superposées, comportant un extrait de l'enregistrement de la démolition des maisons, des exercices de piano et les bruits de la démolition d'un piano. Cette pièce dure quelques 40 minutes.

Le thème initial de la démolition se trouverait donc ici repris sous plusieurs formes, à la fois visuelles et musicales: double trace d'abord, contiguë à l'évènement réel: la photographie du bulldozer et les extraits sonores de la démolition de la maison; puis leurs variations métaphoriques: les petites maisons aux fondations rasées et les sons de la démolition d'un piano.

À ce niveau métaphorique, un contresujet serait énoncé qui viendrait transformer le thème de la démolition en celui, plus abstrait, de la déconstruction. Les exercices de piano de même que les petites maisons combinées à la malléabilité de la cire, référeraient en effet plutôt à l'enfance, au patient apprentissage d'une habileté musicale et même à l'intimité et à la protection d'un foyer. La déconstruction se poserait ainsi en interaction avec une construction à la fois musicale, plastique et physique.

Par ailleurs, «Fugue» serait métaphorique à un second degré, devenant une allégorie du processus même de la création artistique à l'ère de la postmodernité. Ce qu'elle donnerait à entendre et à voir cependant, plus qu'une illisibilité des signes et une perte du sens, ce serait une reconstruction, à même le désordre et l'éclatement, d'un sens plus limité et circonstancié, étroitement lié à l'acte même de sa constitution. Fugue jouerait ainsi tout autant de la jouissance esthétique et de l'investissement personnalisé que de la nécessaire mise en évidence du processus même de la fiction.

On serait alors tenté de déchiffrer cette chaise (travaillée par le temps et nous tenant à distance) comme une mise en abîme du spectateur: la désignation, en quelque sorte, d'un lieu d'écoute, de lecture et de jouissance maximale de l'oeuvre et, simultanément, la désignation de la temporalité même de ce positionnement. »

Bibliographie
Dumont, Jean, « Expositions: Quand les parallèles font le cercle... », Montréal ce mois-ci, Janvier-Février 1987, p. 14.
Daigneault, G., « Melvin Charney chez René Blouin: Venise n'est pas en Italie », Le Devoir culturel, samedi 31 janvier 1987.