Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Violette Dionne
du 30 avril 1988 au 22 mai 1988
Travers saint

« Rien ne permettant de classer les saints d’après leur sainteté, il faut se contenter de considérer comme saints (…) tous ceux qui ont eu l’honneur, pour un motif quelconque, d’être représentés par des artistes chrétiens dans des monuments chrétiens ».
- Marcel Pacaut, L’iconographie chrétienne, coll. Qui sais-je ?, Paris, PUF, 1952, p.96.

Certains saints auront eu de graves travers avant de devenir saints ; d’autres ont l’air assez bête parce qu’on voit mal à travers leur vie banale ou rarissime en quoi consiste leur sainteté.

Violette Dionne est née en 1959, juste à temps pour égayer de ses sourires les tonitruants discours de la Révolution tranquille. C’est en ce temps-là que la Religion fut mise en terre. De cette terre sont faites les statuettes de l’artiste, représentations à la fois pieuses et fantasques de l’ancien Ciel.

Trois ages sont ici présents : l’âge rouge, celui de la céramique, peut-être comparable a l’âge d’or d’Hésiode ; l’âge blanc, celui de l’hydrocal ; et le dernier, le plus dur, le nôtre, l’âge du béton.

Des écrivains se feront hagiographes imaginaires et consigneront la vie de chaque saint, faux martyr ou vierge sensuelle, dans une sorte de « Légende dorée » de notre temps.

Encore fallait-il trouver à loger cette pierreuse assemblée ; faute d’une église, elle fut accueillie par une galerie. Temporairement, on plaça les saints sur des tables ; on commença la maquette d’une cathédrale ; on fit d’utopiques portails, ceux-ci n’ouvrant cependant sur rien d’autre que sur cela même qui nous emmure tous, élus et visiteurs.

Ici, personne n’est requis de prier. S’abstenir cependant de rire avec ostentation ; interdit aux hommes de blasphémer à haute voix, de chiquer ou de cracher par terre ; les décolletés et les minijupes sont tolérés.
- François Hébert

Tous ces corps durs ont été extraits du moule de la sainteté ; aussi sont-ils coiffés d’un nimbe épais, rond comme un anneau. Ce serait la poignée dont peut se saisir la main qui voudrait les élever à soi et les transplanter d’un lieu à l’autre. Sur ce gigantesque échiquier, impassible aux changements, le saint veille, monolithe auquel même les mains, habituellement plus volubiles, voire vulgaires, ici s’incorporent. De sorte que des singularités, failles de la perfection peut-être, ne pourraient qu’émerger peu à peu de l’uniformité de l’ensemble. Tout indique en effet que nous sommes en présence non pas d’êtres conventionnels comme le voudrait la tradition iconographique chrétienne, mais bien d’une collection d’idiosyncrasies, l’artiste faisant honneur à la bêtise en particulier.
- Violette Dionne

Lancement du catalogue et table ronde:
« L’hagiographie cuite » est publié aux éditions Garamond de Roseau, 1988. Ce collectif comprend des textes de Shalom Aléikoum, Bernard Andrès, Gilles Archambault, Julien Bigras, Normand Biron, Claude Bouchard, Violette Dionne, Brenda Dunn-Lardeau, Célyne Fortin, François Hébert, Jean-Pierre Issenhuth, Alexis Klimov, Nathalie Labrecque, Benoit Lacroix, André Major, Jean Marcel, Bruno Roy, Pierre Turgeon et un avant-propos signée par Louise Poissant.

La table ronde sera composée de Violette Dionne, Brenda Dunn-Lardeau (éditrice de la « Légenda aurea : sept siècles de diffusion », Bellarmin, 1986) et Benoit Lacroix (médiéviste) et s’orientera de façon à développer différents points de vue concernant l’exposition.
- Communiqué de presse (Optica)

Bibliographie
Bélanger, Judith, « 3 expositions: C'est ma tournée ». Voir, 5-11 mai 1988, p. 13.
Villeneuve, Paul, « À la Galerie Optica: "Travers Saints" ou la sainte revue par Violette Dionne ». Journal de Montréal, Samedi 14 mai 1988.