Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Michèle Lorrain, Claire Savoie
du 17 juin 1989 au 9 juillet 1989
Peinture / Sculpture

Michèle Lorrain

Prenant leur origine dans le quotidien, les scènes picturales de Michèle Lorrain, constituées principalement de personnages, entretiennent un rapport d'étrangeté à l'égard de celui-ci.

Ces images nous font pénétrer dans un univers intime où se tisse à chaque fois des relations inquiétantes qui prennent forme à l'intérieur des tableaux, soit par une mise en situation de deux personnages, ou par l'association d'un objet à un personnage, soit par la nature particulière de la relation qui unit le modèle (sujet) à l'artiste, soit encore par la relation ambiguë qu'entretiennent entre eux deux personnages confrontés aux yeux du spectateur. Du quotidien, ce qui est exploré ici, plutôt que sa familiarité, est sa dissonance.

Par ailleurs, cette dissonance ou inquiétude générée par ces tableaux semble liée à la qualité «photographique» de leur mise en scène. La pose des personnages figurant dans les tableaux est marquée par l'instant, comme figée par un arrêt du temps. La mise en scène des corps dans lesquels est inscrite une gestualité bien précise, nous entraîne quelquefois à l'extérieur du cadre, où l'on cherchera à reconstituer son «hors-champs»: le contexte, le lieu, l'occasion...
- Sylvie Readman

Claire Savoie

Ces boîtes juchées sur des haies piédestales s'ouvrent et laissent voir les fragments d'un univers incertain. Ici, un personnage apparaît furtivement. Là, une frêle construction se dresse sous la lumière crue. L'installation de Claire Savoie se lit comme un récit à la fois magique et inquiétant.

« Passages d'eau » nous propose un monde onirique sans pour autant masquer les artifices de sa fabrication. Les îlots de lumière accentuent l'idée d'un ensemble dramatique traversé par un rituel inexpliqué, en même temps qu'ils mettent en évidence les matériaux à partir desquels sont construits ces petits théâtres figés et silencieux. Le regard hésite, oscille entre rêve et réalité, à l'image de «passages d'eau» toujours fluctuants.
- Thomas Corriveau
- Communiqué de presse (Optica)

Bibliographie
Caron, Nathalie, « Mort ou vif », Voir, vol. 3, no. 31, Samedi 29 juin au 5 juillet 1989.