Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Michael Buchanan, Jennifer Hamilton
du 24 mars 1994 au 23 avril 1994
Fugue

Cette première partie du document est uniquement disponible en anglais :
"Fugue" is a state of psychological amnesia during which the subject seems to behave in a conscious and rational way.

Upon returning to ordinary consciousness however, the subject cannot remember the period of time spent in this trance state, nor what she did during it. On the outside, appearances are as they (socially) should be.

In this new work, we intend to subvert the notions of time and material reality. The objects included exist below the surface of outward appearances and are like residue from the "fugue" condition.

Artists Jennifer Hamilton and Micheal Buchanan come together in a first time collaboration in this new installation entitled "Fugue".

The piece exists as two discrete objects, the first being a small greenish-white crystalline figure that resides in a light filled niche upon the wall. The other object is a machine with a metronome-like swinging arm, that houses a group of computer controlled lights. This machine responds to people in the space by frantically drawing images in the darkness, similar to writing with a sparkler at night.

"Fugue" looks at the possibilities of a technologically induced psychological amnesia and addresses notions surrounding our escalating reliance on technology and how it is affecting our evolving bodies and minds."
-Jennifer Hamilton, Michael Buchanan

Dans la salle multidisciplinaire, Jennifer Hamilton et Michael Buchanan proposent un travail récent, qui tente de subvertir les notions de temps et de réalité matérielle. L’observateur expérimentera un état psychologique d’amnésie, qu’il percevra comme étant les résidus de cette fuite.

Sur l’un des murs, une petite figurine d’un vert cristallin repose dans une niche inondée de lumière. En contrepoint, une machine combinant un métronome, dont le mouvement oscillatoire suggère le balancement d’un bras, loge une série d’ordinateurs, qui contrôlent la lumière projetée. Cette sculpture cinétique s’active lorsque l’on se déplace dans l’espace. Elle se met alors à dessiner frénétiquement des images virtuelles, qui apparaissent et disparaissent, comme si l’on écrivait avec une étincelle dans la nuit.
-Communiqué de presse (Optica)

Jennifer Hamilton a fait des études en sculpture / installation au Ontario College of Art, Toronto et poursuit présentement une maîtrise à l’Université Concordia (Open Media). Cette jeune artiste s’intéresse également à la production vidéo et film. Depuis 1990, elle participe à plusieurs expositions de groupe à Toronto et Montréal. « Critical Mass », terme spécifique à la fission nucléaire, est le titre de son premier solo à la galerie Bourget de l’Université Concordia en 1993. À la galerie Koffler Loggia, North York, l’installation « Intention and Survival » regroupait une sélection d’objets à travers lesquels l’artiste met en valeur des notions élémentaires en usant de symboles, de références formelle et conceptuelle telle cette pile de billets de papier numérotés, formant une colonne et pouvant suggérer une file d’attente.

Micheal Buchanan a complété en 1987 des études en photo et en arts médiatiques au Ontario College of Art. Il poursuit actuellement une maîtrise en sculpture à l’Université Concordia. Depuis 1985, il a surtout exposé à Toronto et Peterborough avec entre autres le groupe Spontaneous Combustion, bien connu pour leurs interventions. Mentionnons comme solos : « Casting Light, Beyond a Shadow of a Doubt », Mercer Union; « Time Management Workshop », Diorama Gallery et « Fate », Gallery 76 dont les titres évocateurs traduisent bien l’aspect mnémonique et philosophique de ce travail critique de l’utilisation de la technologie.