Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Janet Cardiff
du 22 février 1996 au 24 mars 1996
To Touch

À propos du toucher

« Tout comme les images ont parfois une portée sonore, les sons peuvent imprégner l’imagination de vives associations. Cette fusion de l’auditif et de l’optique se répercute dans les installations sonores de Janet Cardiff. L’artiste interpelle plusieurs sens, allant à l’encontre des tendances contemporaines qui privilégient le visuel et négligent injustement le corps physique. En abandonnant l’attente de stimulation visuelle, le corps est appelé à toucher, à écouter, à pénétrer l’antre du désir, à franchir le seuil du voyeurisme et à entrer dans l’imaginaire. En écoutant les intonations de l’artiste, notre imagination leur prête un élément visuel sous-jacent. Attirés par l’éclairage dramatique et nos propres attentes de contenu narratif, nous voilà ensuite suspendus parmi les fugues de Janet Cardiff. Ses histoires de désir, de pertes et de conflits ne dévoilent jamais un unique point de vue. Sa préoccupation pour la langue, ainsi que l’essence de diverses expériences, font de ses phrases une tentative de saisie du sensoriel. Des liaisons amoureuses sont ré-écrites, exprimant le don et l’acceptation, l’écoute et le parler. L’écoute est présente dans les productions de l’artiste, telle une rencontre intime et potentiellement érotique. La technologie est détournée pour s’adapter à nos désirs plutôt que pour les diriger ou les déceler. »
-Laurel Woodcock, extrait du texte du catalogue intitulé Janet Cardiff, Southern Alberta Art Gallery, 1994 (traduit par Carole Beaulieu)
-Communiqué de presse (Optica)

Janet Cardiff est née à Brussels en Ontario. Elle a terminé un baccalauréat ès arts à l’Université Queen et une maîtrise en arts visuels à l’Université de l’Alberta. Ses installations ont été présentées dans plusieurs grandes galeries incluant The Power Plant, The Edmonton Art Gallery, The Southern Alberta Art Gallery, The Nickle Arts Museum, YYZ, Western Front, The Walter Phillips Gallery, et Randolph St. Gallery, à Chicago. Récemment, « To Touch » a été exposée à Zurich en Suisse. En mai 96, elle produira une installation in situ pour le Musée Louisiana au Danemark. Janet Cardiff vit et travaille à Lethbridge en Alberta.