Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Barbara McGill Balfour
du 18 avril 1996 au 15 mai 1996
m mélancolie et mélanome

Il y a quelques années, j’ai subi une intervention chirurgicale pour enlever un grain de beauté de mon dos. Il n’était que bénin, mais dorénavant, je n’ai pu examiner mes autres grains de beauté ou éphélides sans une profonde méfiance.

Dans cette exposition, les états psychologiques et somatiques du cancer de la peau sont combinés à la mélancolie, tous deux liés étymologiquement par le terme mélanine. Le mélanome est caractérisé par la présence potentiellement maligne de cette substance, alors que la bile noire, l’une des quatre humeurs, était autrefois considérée comme la cause de la tristesse. La dépression, les taches et la moralité sont les vecteurs intersectés de cette gravure / installation et de ce livre d’artiste : « m mélancolie et mélanome ». – B. B

Les gravures, isolées sous verre, font référence à des lamelles microscopiques. Le verre révèle l’action d’interventions optiques : lorsque placées sous un microscope, les cellules sont aplaties pour une meilleure observation, la surface expansive de la peau est divisée en carrés maniables pour mieux examiner la diffusion de la maladie. « m mélancolie et mélanome » transforme notre relation à cette peau, comme la médecine altère notre vision du corps : en agrandissant ses contours et en mettant en relief ses motifs. En tant que spectateurs, nous sommes convoqués à l’expérience d’être miniaturisés en rapport avec notre propre image, notre sens des proportions étant inversé alors que nous regardons la surface à nos pieds. Nous sommes à la fois rapproché et éloignés du corps.

Kim Sawchuk, tiré de « Enlightened Visions, Somatic Spaces : Imaging the Interior of Art and Medecine », dans le catalogue Rx : Taking Our Medecine.
-Communiqué de presse (Optica)

Elevée à Montréal, Barbara McGill Balfour a étudié au Smith College dans le Massachusetts, où elle a gradué en littérature française. Elle passe son « Junior Year Abroad » à Paris où elle assista à des cours à la Sorbonne (Paris IV) et à l’École des Beaux-Arts. De 1980 à 1985, elle étudia au Ontario College of Art à Toronto, et poursuivit ses études à la maîtrise à l’Université Concordia, de 1985 à 1988, au département de gravure. Pendant cinq étés, elle fit de la gravure pour des artistes comme Robert Indiana, Komar & Melamid et Leon Golub, à la Vinalhaven Press, à Vinalhaven dans le Maine. Depuis les six dernières années, elle enseigne la lithographie au département de gravure de l’Université Concordia à Montréal et donne des cours dans le programme interdisciplinaire « Women and the Fine Arts » à la même université.

La production artistique récente de Barbara McGill Balfour pourrait être décrite comme une forme hybride de gravure / installation. Son travail a été montré au Canada, aux États-Unis et dans le Royaume-Uni. Parmi ses expositions collectives récentes, mentionnons l’exposition du « Spontaneous Combustion Collective » à Londres, « Rx : Taking Our Medecine » au Agnes Etherington Art Centre à Kingston en Ontario et « Dessins et Maquettes de Sculpteurs » à la Galerie Samuel Lallouz à Montréal. Ses expositions à venir comprennent un aperçu de collectifs d’artistes à la Mercer Union (Toronto, avril 1996) et « Les Occupantes », une exposition avec le collectif Venus Fly Trap (Montreal, mai 1996).