Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques




image
© Page couverture l Book cover, There was and There was not (Kan ya ma Kan), 1996.

Jayce Salloum
du 31 octobre 1996 au 7 décembre 1996
There was and there was not

Feuillet

24 octobre 1996
Présentation publique de Jayce Salloum
Université Concordia

01 novembre 1996
Présentation publique de Jayce Salloum

Cette installation permet d’examiner les représentations du « Liban » et de son histoire telles que construites dans nos psychés collectives et individuelles. Le Liban a été utilisé comme métaphore, comme « site » au service du réel et de l’imaginaire de plusieurs « visiteurs » au cours de l’histoire. Il a été le terrain de revendications continues, de textes discursifs et d’actes de re-construction. Il est devenu un adjectif pour dire notre nostalgie du passé et nos craintes pour l’avenir. Nous en sommes venus à comprendre si peu, malgré la masse d’informations que nous recevons au sujet du Liban qu’à la seule mention de son nom, par exemple, toutes sortes d’images nous viennent à l’esprit.

« (Kan ya ma Kan)/ There was and there was not » est la transposition d’un atelier de travail et d’archives trouvées, présentant les « ressources » et les artefacts nécessaires pour re-construire une compréhension du processus médiatisé inhérent à la définition et à la perception d’une culture.

Cette œuvre examine l’utilisation d’images et de représentations du Liban et de Beyrouth qui est faite aussi bien en Occident qu’u Liban lui-même, avec un accent particulier sur des moments spécifiques de l’histoire, et des problèmes, de la représentation du Liban, qu’elle provienne de ses habitants ou de visiteurs. Ce travail permet au regardant de se situer en tant que sujet en rapport avec ces questions, et de percevoir les obsessions et l’instabilité d’une identité qui existe dans une culture diversifiée, en déplacement entre diverses cultures.

L’installation incorpore des arrangements d’objets recueillis au Liban, des photographies, des boucles vidéo, des textes (écrit par l’artiste et d’autres), des documents, des cartes géographiques, d’autres reproductions, des caissons lumineux et du matériel d’archives, pour remettre en question nos concepts d’histoire et de méthodologies de recherche et les règles sous-jacentes à l’oblitération d’histoires, ainsi que les différents niveaux que comportent l’illustration / représentation et la compréhension d’une culture autre. Ici, le spectateur et la spectatrice font partie du processus, étant forcés de prendre des décisions et d’assumer la responsabilité de re-construire leurs propres perceptions culturelles.
-Communiqué de presse

There was and There was not (Kan ya ma Kan) (version pdf)

Voir le catalogue des publications.

Depuis 1975, Jayce Salloum travaille avec l’installation, la vidéo, la photographie et le multimédia. Il a aussi monté des expositions à titre de conservateur, donné des ateliers et coordonné des événements culturels. Son travail porte sur de multiples contextes et est engagé, sur un plan critique, dans la représentation de manifestations culturelles et d’autres cultures. Le travail de Salloum a été montré dans plusieurs institutions à travers l’Amérique du Nord et du Sud, en Europe, au Moyen-Orient et dans d’autres régions, incluant des lieux comme American Fine Arts P.S.1. à New York; LACE et LACPS à Los Angeles; The Wexner Center en Ohio; Walker Arts Center; A Space, YYZ et l’Office national du film à Toronto; Oboro, Articule et Optica à Montréal; Western Front, Contemporary Art Gallery et Video In à Vancouver; le Musée canadien de la photographie contemporaine à Ottawa; La Galerie Nationale du Jeu de Paume, l’American Centre et l’Institut du Monde Arabe à Paris; Kunstlerhaus Bethanien à Berlin; Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Fotoptica Int’l Video Festival à Sao Paulo; American University of Beirut et Théâtre de Beyrouth; et télédiffusion sur DUTV à Philadelphie, Independant Focus / WNET à New York, KBDI-TV au Colorado et the 90’s Channel / ree Speech TV.