Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Michael A. Robinson
du 15 janvier 1998 au 22 février 1998
Trompe le monde

«La vie de tous les jours. L'oscillation frénétique entre la banalité des activités quotidiennes essentielles et un désir de fuite tout aussi frénétique. Consacrée à la planification et au calcul de toutes choses, la vie contemporaine est devenue une répétition de gestes ne menant qu'à l'angoisse et à l'échec. Situation à la fois humoristique et sombre, personne ne nourrit vraiment l'espoir de s'en sortir. En fait, il semble y avoir une véritable perte d'intérêt face aux situations difficiles les plus fondamentales du monde occidental. Par quels moyens rituels sublimons-nous notre besoin de solutions?»

Pour le vernissage, la galerie a été transformée en discothèque, avec éclairage disco, globes de miroirs scintillants et D.J. professionnel. Examinant la notion d'apocalypse douce, l'installation en galerie et une vidéo permettront de rétablir un contexte général pour l'exposition qui suivit le vernissage.

Michael A. Robinson s'intéresse à la représentation de la banalité quotidienne et du désir de vouloir en échapper en référant à certains rituels et formes d'exutoire, issus de la culture populaire. En 1996, ce jeune artiste expose Real Real Gone à la galerie Samuel Lallouz. La salle du rez-de-chaussée est alors occupée par un cube de facture minimale duquel émane une lumière colorée et de la musique, suggérant un environnement «boîte de nuit». L'année suivante, il participe à «ARCO 97», foire d'art contemporain à Madrid et à l'événement «Panique au Faubourg», organisé à l'été par le Quartier Éphémère. Depuis 1991, il a présenté ses installations au Canada et en Europe.

Bibliographie
- Lamarche, Bernard, «On se bouscule dans les centres d’artistes», Le Devoir, 24–25 janvier 1998, p.B14.
- Aquin, Stéphane, «Michael A. Robinson et Kevin de Forest», Voir, 12–18 février 1998, p.55.
- Aquin, Stéphane, «Guide musées et galeries. Centres d’artistes et autres centres d’exposition», Voir, 15–21 janvier 1998, p.25.