Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Romeo Gongora
du 13 janvier 2006 au 18 février 2006
Logiques de l'arrachement

D'un côté, un homme effondré de douleur veille le corps d'une femme décédée; de l'autre, une adolescente affronte sa mère. L'exposition «Logiques de l'arrachement» réunit des individus cherchant à se libérer d'une charge émotive qui les étreint.

Les vidéos Acte de foi et Fort-Da [O-o-o-o, A-a-a-a] invitent des acteurs à se plonger dans des situations émotionnelles qui articulent la logique détruire / réparer / créer / retrouver. Cette séquence structure une expérience de l'arrachement qui est au centre des thèmes du deuil et du matricide abordés dans la mise en scène de la perte, réelle ou symbolique, de la mère. Dans la première vidéo, la reconstitution du décès maternel, par une femme simulant la mort et un homme revivant la souffrance du deuil, reproduit le passage de la destruction à la renaissance. Dans la seconde, la poussée de haine non réprimée d'une jeune fille interpelle l'acte matricide : par un geste interdit, elle opère une transgression du joug maternel et amorce sa transition de l'adolescence à l'âge adulte. L'activation du cycle détruire / retrouver convoque à son tour le potentiel de résurrection de la représentation et introduit un dialogue entre mensonge et vérité.

Ce projet poursuit les explorations thématiques et formelles présentes dans Les lois de l'indifférence (2004-2005) où les acteurs deviennent miroirs d'eux-mêmes et vivent une expérience d'altérité. À cette trame identitaire s'ajoute une dimension sociale qui révèle une diaspora latino-américaine et configure une culture de l'immigré. Cette réflexion se double du métissage des langages pictural, photographique et vidéographique qu'admet la tension entre image fixe et en mouvement.
- Roméo Gongora

Roméo Gongora est un jeune artiste qui vit à Montréal. Il a complété une maîtrise en arts visuels et médiatiques en 2005 à l'Université du Québec à Montréal. Sa pratique vidéographique explore le métissage des langages pictural, photographique et vidéographique à travers des mises en scène empreintes d'un réalisme lyrique. Ses oeuvres seront présentées en 2006-2007 au Centre Culturel de Rencontre, Abbaye de Neumünster (Luxembourg), à Expression, Centre d'exposition de Saint-Hyacinthe et à la Gallery 44, Centre for Contemporary Photography (Toronto). Il participera par ailleurs au projet collectif hors les murs «Habiter», organisé par Vu, Centre de diffusion et de production de la photographie (Québec), à l'été 2006.

Bibliographie
- Bouchard, Marie-Ginette, «Perpectives Fantasmagoriques», Vie des Arts, no 201, hiver 2005-2006, p.22.