Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Lyn Carter
du 27 février 1999 au 3 avril 1999
Double

Dans certaines de ses dernières œuvres, Lyn Carter a recours au tissu comme substitut pour la peau, et s’intéresse à des formes suggèrant à la fois l’extérieur et l’intérieur. Ces œuvres montrent des formes qui jouent le double rôle de vêtement et de corps. Cœur, poumon, vessie – ce qui est le plus intime (nos entrailles) est porté (exposé). Sur les vêtements achetés en magasin qui composent ces œuvres, se trouvent des motifs accentuant la complexité de la surface. Le tissu d’un rouge sanguin intense d’une chemise/cœur dans Double est couvert d’images de cupidon. Le tissu chintz utilisé pour une chemise/poumon, qui sert normalement en décoration intérieure, a l’apparence d’un réseau de veines.

Avec l’accroissement de moyens technologiques qui permettent de voir à l’intérieur de nos corps et dans nos vies privées, la peau corporelle ressemble de plus en plus, selon l’artiste, à une enveloppe très mince et précaire, à peine capable de contenir et de recouvrir son contenu. En anglais, l’expression «to keep one’s shirt on« (litt. «garder sa chemise») signifie ne pas céder à la colère ou à l’impatience, garder son calme. «To lose one’s shirt» («perdre sa chemise»), comme en français, veut dire perdre tout ce qu’on possède. La chemise et, surtout, le col bien monté indiquent le sang-froid et la maîtrise de soi. Chemise après chemise, motif après motif, Double suggère que, peu importe la construction, elle n’est dorénavant plus en mesure de masquer ou de protéger la chair, le sang et le désir situés tout près de la surface.

Lyn Carter a étudié le textile dans le programme de design de l’Ontario College of Art où elle a obtenu un diplôme en 1978. Au cours des années suivantes, elle a exposé des œuvres principalement sculpturales où le textile était utilisé comme médium artistique. Au milieu des années 1980, elle a organisé une exposition itinérante, «Clothing as Image». Depuis, les sculptures qu’elle a montrées ont pris un aspect de plus en plus in situ, incorporant une plus grande variété de matériaux. En général, son travail explore les relations entre le moi intérieur et le corps humain extérieur. En 1994, elle a complété une maîtrise en arts plastiques à la York University et des œuvres de son exposition-mémoire «Freud’s Mouth» ont été présentées dans «Heavy Mental» à la Power Plant Gallery à Toronto (1995-1996). Plus récemment, son travail a été exposé dans «Between Sense and Place» à la Winchester Gallery en Angleterre (1997) et dans «Made to Measure» à la Lonsdale Gallery à Toronto (été 1998). Elle présente un nouveau corpus d’œuvres dans une exposition individuelle intitulée «Balance» à la Red Head Gallery à Toronto (du 10 février au 6 mars 1999) où elle fait aussi partie de l’exposition collective «Cluster», à la Pekao Gallery (du 19 février au 13 mars 1999).