Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques




image
© Page couverture l Book cover, Documents et mensonges / Documents & Lies, 1999.

Douglas Gordon, Mathew Jones, Steven Moore, Cornelia Parker
du 10 septembre 1999 au 16 octobre 1999
Documents et mensonges

Commissaire : André Martin

«Documents et mensonges» présente le travail d’artistes du Royaume-Uni dont la majorité s’est taillée une solide réputation sur la scène internationale. L’ensemble des pratiques réunies témoignent de la vitalité et de la singularité d’un certain milieu britannique par leur aspect parfois cruel voire violent, animé d’un sens de la dérision et du nostalgique, sans oublier cet humour propre à la jeunesse anglaise.

Ces productions pointent quelques notions inhérentes au photographique sans jamais toutefois avoir recours à ce médium; elles en traceraient même une sorte de lexique. Leur usage particulier des traces utilisées, reproduites, manipulées ou tout simplement créées, permet le passage d’une histoire universelle à une autre, plus personnelle. Ces projets, par l’émergence du doute, produisent un déplacement de ce que nous entendons généralement par «document».

Fétichisme, obsession ludique du morbide, regard sur une certaine méthodologie scientifique, mise en scène du soupçon comme mode d’appréhension de l’oeuvre, autant de préoccupations dont témoigne «Documents et mensonges». Plusieurs de ces productions sont présentées pour la première fois au Canada.

Une publication regroupant des textes de Denis Lessard et d’André Martin, ainsi que des reproductions des oeuvres des artistes, sera lancée lors de la clôture de cet événement.

Voir le catalogue des publications.

14 octobre 1999
Conférence de Cornelia Parker
Université Concordia (collaboration)

15 octobre 1999
Lancement de la publication Documents et mensonges

OPTICA et André Martin tiennent à remercier chaleureusement Madame Sarah Dawbarn du British Council, Madame Johanna Wistrom de la Frith Street Gallery à Londres, Monsieur Barry Barker de la Lisson Gallery à Londres et les artistes. Nous aimerions aussi vivement remercier Madame Goetz de la Sammlung Goetz à Munich pour le prêt de l’oeuvre de Douglas Gordon.

Pour la tenue de cette exposition, OPTICA a reçu l’appui du British Council pour la promotion de la coopération culturelle, scientifique et technique entre la Grande-Bretagne et les autres pays.


Douglas Gordon est un artiste d’origine écossaise, vivant présentement à Glasgow. Son travail combine une variété de médiums incluant la peinture, la performance et la vidéo. Il a exposé au Musée d’art moderne de Paris (1996), The Institute for Contemporary Art à Boston (1997), à la Biennale de Lyon (1997), et à la Dia Art Foundation de New York (avec Stan Douglas) en 1999.

Mathew Jones est originaire d’Australie. Il vit et travaille à Londres. Jeune artiste prometteur, son travail conceptuel a été qualifié d’«outsider spin» par le New York Village Voice. Jones a exposé au Museum of Modern Art de Melbourne en Australie, en Angleterre, aux États-Unis et a participé à plusieurs expositions de groupe prestigieuses au Danemark, au Brésil et au Venezuela. Il a été artiste en résidence au New York’s P.S.1 Museum en 1996.

Steven Moore vit et travaille à Londres. Encore inconnu dans son propre pays, «Documents et Mensonges» sera sa première exposition significative. Son travail a été reproduit dans POZ, à l’automne 1997.

Cornelia Parker vit et travaille à Londres. Elle a exposé en Europe et en Amérique du Nord. En 1997, Parker était invitée comme artiste en résidence par la ArtPace de San Antonio au Texas. Une rétrospective de ses oeuvres s’est tenue en juin 1998 à la Serpentine Gallery de Londres. Elle participait à «Avoiding Objects», présentée au Apex Art Curatorial Program à New York (1999). En 2000, on la verra à la Biennale internationale de Melbourne, en Australie, à The Institute for Contemporary Art à Boston et au Denver Art Museum dans le cadre de «Contemporary British Artists». La Frith Street Gallery de Londres prépare actuellement une exposition solo de son récent travail.

André Martin, directeur à la programmation à Dazibao pendant cinq ans, fut le commissaire de «Matrice d’Aram Dervent, d’En dehors de Soi» (avec Martine Meilleur), d’«Un Homme et son Image» (avec Thérèse St-Gelais), de «Corriger les lieux, après la photographie de voyage» (avec Catherine Bédard, Alain Laframboise et Claire Paquet), «Fiat Lux, Photographie et Architecture», (Avec Denis Bilodeau). Il a publié plusieurs articles et commentaires, des textes de catalogue et de nombreux récits photographiques dont L'Impasse d'A.S., qui paraîtra en septembre 1999 aux éditions Dazibao.


Bibliographie
- Lamarche, Bernard, «Jeux de mots; Conférence», Le Devoir, 14 octobre 1999, p.B8.
- Mavrikakis,Nicolas, «Images de marque», Voir, 7–13 octobre 1999, p.68.
- «Documents et mensonges», Mix, vol. 25, no 2, automne 1999, p.20.
- «Fast Forward», Canadian Art, automne 1999, p.22.