Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Kevin Yates
du 4 novembre 2006 au 9 décembre 2006
This Room Has No Walls

Les tables à pique-nique sont des objets quelconques, habituellement construites à partir de bois de construction. Elles se ressemblent généralement en forme et en fonction, et elles ont peu d’importance esthétiquement parlant. Ce sont des objets à la fois privés et publics qui fournissent des espaces d’évasion, de détente, de contemplation et de nostalgie, où les familles se lient, où les gens se courtisent et où les séparations surviennent. Elles simulent le décor domestique à l’extérieur et donnent l’illusion d’un espace privé, protégé. La nuit, elles revêtent un aspect plus sombre, alors que les parcs où elles se trouvent peuvent devenir source de peur et de danger. On sculpte souvent sur elles des messages d’amour ou de haine. L’hiver, on les empile pour les protéger contre les éléments. Elles n’ont pas la même valeur que le mobilier intérieur et ne semble jamais acquérir le statut d’antiquité.

L’installation est composée de 1153 tables à pique-nique miniatures empilées les unes sur les autres pour former un cube de 2,13 mètres. Au sein de cette configuration, elles sont à la fois monumentales et minuscules, banales et sublimes, alors que la multiplicité de leurs formes répétées estompe leur fonction originale et les transforme en structure architecturale abstraite.

Tout au bas et presque perdue par rapport aux tables, est assise une figurine féminine. Elle est appuyée, l’oreille contre le mur, comme si elle épiait une conversation que nous n’entendons pas.
– Kevin Yates

Kevin Yates est né à Owen Sound, en Ontario. Il vit présentement en Oregon où il est professeur au département de sculpture de l’Université de l’Oregon. Son travail a été présenté au Canada et sur la scène internationale, dont récemment à la Susan Hobbs Gallery à Toronto, au Jordan Schnitzer Museum en Oregon et au Armory Show à New York.

Bibliographie
- Crevier, Lyne, «Bouffée d’air», ICI Montréal, 16–22 novembre 2006, p.59.
- Hellman, Michel, «Poétique de la table à pique-nique», Le Devoir, 18–19 novembre 2006, p.E8.
- Lehmann, Henry, «Artists get in touch with their inner GPS», The Montreal Gazette, 2 décembre 2006.
- Redfern, Christine, «The tables turn», Montreal Mirror, 9-11 novembre 2006, p.56.
- Tousignant, Isa, «Art about town», Hour, 9-15 novembre 2006.
- Tousignant, Isa, «Hit List», Hour, 2-8 novembre 2006, p.4.