Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Derek Sullivan
du 19 janvier 2007 au 24 février 2007
Cold Open 2006

Les artistes qui ont participé au projet sont : Mathieu Beauséjour (Montréal), Krista Buecking (Guelph et Toronto), Patrick Coutu (Montréal), Luke Sandler (Toronto), Derek Sullivan (Toronto)

À la télévision et au cinéma, on désigne par l’expression «cold open» la séquence d’ouverture qui situe l’action et le décor avant même que n’apparaissent le titre et le générique. Habituellement, cette séquence dure entre une et dix minutes. Le meilleur exemple de cette technique qui nous projette d’emblée dans le film est la séquence qui débute tous les James Bond depuis From Russia with Love (1963).
C’est ainsi que Derek Sullivan s’est inspiré de cette convention cinématographique qu’il a appliquée au contexte d’exposition. À cet effet, une série de cinq affiches a été produite. Le contenu de chaque affiche prend tout son sens lorsqu’il devient l’information communiquée au public par la galerie pour annoncer cette exposition. Pourtant, les affiches ne sont pas signées et ne réfèrent à aucune exposition en galerie. Comme support, chaque affiche diffuse une information qui s’ajoute au contenu de l’envoi postal de la galerie, et se suffit comme objet et contexte de présentation. De nature conceptuelle, ce projet pose plusieurs questions reliées à la circulation et à la mise en exposition comme le conçoit le milieu de l’art.

L’artiste s’intéresse au contexte de diffusion des oeuvres et ce qui précède leur exposition : comment les images émises par une galerie suscitent-elles un sentiment d’appartenance avec le lieu d’exposition ? Qui reçoit l’information ? Quelles sont les attentes du public ? La compréhension du processus sera différente pour ceux et celles qui recevront les affiches par voie postale (séquence d’ouverture) et pour les autres qui les verront pour la première fois en visitant la galerie. L’effet de « déjà vu » n’est pas étranger à la répétition qui fait partie du processus et à sa forme de dissémination. Avec ce projet, Sullivan critique l’espace traditionnel d’exposition et les modalités de présentation en renouant avec un mode de diffusion qui a fait ses preuves dans les années 1970 et qui emprunte sa séquence de présentation au monde des médias, en créant la «nouvelle».

Derek Sullivan vit et travaille à Toronto. Il a participé à plusieurs expositions collectives, notamment à la Galerie René Blouin (2006) à Montréal, au Power Plant (2005) à Toronto et à des foires internationales dont art forum Berlin (2003). Il est représenté par Jessica Bradley Art & Projects à Toronto.