Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Jake Moore
du 3 novembre 2007 au 8 décembre 2007
Exposition solo

Les installations in situ de Jake Moore font référence à des mythologies qui nous mettent en présence de formes animales. Souvent, ces dernières, reproduites à l’échelle réelle, servent de matrice et de support à l’émission de diverses sources sonores qui semblent amplifier les résistances électriques dont elles sont conductrices. Elles sont aussi porteuses d’un univers sensoriel qui nous oblige d’être attentifs à ses manifestations (lumière, odeur) dans l’espace. Ces effets se répercutent dans les associations mêmes que nous pouvons faire entre les objets, et dans les relations entre les objets eux-mêmes.

La présence d’animaux suggère par ailleurs un «autre» auquel on ne peut pas s’identifier directement, mais dont on peut reconnaître et deviner une forme sentie, sensible. Moore s’intéresse plus particulièrement à la manière dont on a sous-estimé les animaux, tout en leur accordant une place dans notre culture à titre d’exemples de comportement : les bêtes nous renseignant comment devenir humain. Cette situation se manifeste dans des expressions telles que «laborieuse comme une abeille», mais se trouve plus densément investie dans des textes où les animaux, en tant qu’habitants d’un monde naturel dépourvu de pensée et de langage, servent d’allégorie à une conduite convenable.

Cette pratique questionne notamment notre rapport aux formes traditionnelles de savoir. À cet effet, l’espace et la matérialité deviennent des points d’entrée potentiels, afin que nous puissions vivre une expérience immersive, et ne suggèrent pas, malgré leur littéralité, un quelconque récit. En revanche, l’artiste demeure confiante qu’en engageant le corps entier dans un certain moment temporel qu’une connexion, peut-être, s’établira.
Testing, testing…

Jake Moore est née dans les Prairies et vit à Montréal. Artiste intermédia, elle considère l’enseignement et la participation sociale comme faisant partie de sa pratique de création. Son travail a fait l’objet d’expositions dans des galeries à l’échelle nationale et dans plusieurs manifestations in situ. Moore s’est méritée plusieurs prix et bourses, du Conseil des Arts du Canada et du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada. Motivée par la critique sociale et par une incertitude personnelle, elle propose dans sa pratique des objets qui servent de dispositifs de médiation et qui sont eux-mêmes des porteurs de renseignements complexes, de nature «transceptive». Elle voit sa pratique en atelier comme un déclencheur de changement et une invitation à l’engagement.