Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Marcelino Stuhmer
du 23 février 2002 au 30 mars 2002
Peripheral Narratives : Stories From In-Between

«Peripheral Narratives : Stories from In-Between» est constituée de deux pièces : My baby just cares for me, une installation vidéo, et I’ll be seeing you, une série de cinq photographies. Dans l’installation vidéo My baby just cares for me, le narrateur raconte l’expérience d’avoir été témoin de la dispute ambiguë d’un couple d’immigrants, lors d’un bref arrêt à la Gare du Nord de Bruxelles. Son interprétation de l’incident est celle d’un étranger dont les contraintes temporelles et l’individualisme créent un conflit intérieur. À un niveau, l’œuvre traite du fait d’être un spectateur en public et de comment, en retour, la présence et les actions de l’«autre» sont lues comme étant un «spectacle».

I’ll be seeing you fait référence à ce genre documentaire qu’est la photographie de police pour explorer des notions d’identité et de reconstruction par la mémoire. Elle laisse entendre que la mémoire est essentiellement une forme d’imagination, qui fusionne la perception physique du réel et les portraits illusoires de visages et d’expériences intenses dont on se souvient. Puisque les photographies ne révèlent pas les faits derrière les visages, l’œuvre offre au spectateur une occasion de scruter et essentiellement de construire, tout comme les portraits qui sont littéralement des collages, un récit fait à partir de fragments donnés.

Comme la mémoire opère dans des langages à la fois subjectif et objectif, elle mêle constamment désir personnel, imagination et culpabilité à des perceptions acquises qui s’appuient sur la mémoire/amnésie sociale ou culturelle collective. Les œuvres présentées tentent d’examiner la mémoire en tant que site social, psychologique et émotif du moi. Bien que les deux œuvres soient indépendantes, lorsque montrées ensemble, des chaînes narratives se forment inévitablement entre elles.

L’artiste Marcelino Stuhmer est un Américain de souche hollandaise- indonésienne. En 2000, il complète une maîtrise en arts plastiques à la School of the Art Institute of Chicago, et fait partie du Skowhegan School of Painting and Sculpture. En 2001, il reçoit le Prix royal de la peinture aux Pays-Bas et participe à plusieurs expositions collectives aux États-Unis et en Hollande, dont la Zolla/Lieberman Gallery à Chicago et le Gemeentemuseum à La Haye. Parmi ses projets à venir, mentionnons une exposition personnelle à la Essl Collection de Vienne dans le cadre de sa «Emerging Artist Series» et la publication de son livre d’artiste I’ll be seeing you. Il est présentement artiste en résidence à la Rijksakademie d’Amsterdam.

Bibliographie
- Crevier, Lyne, «Glandeur», Ici, 7-13 mars 2002, p.31.