Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Thérèse Mastroiacovo
du 23 février 2002 au 30 mars 2002
Hello Fellow Artists

À la fin de cinq années de collaboration artistique, Thérèse Mastroiacovo entamait un corpus d’œuvres intitulé The Politics of Recognition, qui allait embrouiller les notions de création partagée, de collaboration et de communication. S’appliquant à produire des images d’enchevêtrement et se servant de déclencheurs souples d’obturateur, l’œuvre tentait de faire éclater les restrictions liées à la libre expression, à la propriété, à l’authenticité et aux pratiques éthiques. C’est en ayant derrière elle cet historique de travail qu’elle a commencé Hello fellow artists, une série vidéo qui s’approprie, ou réoriente en quelque sorte, le travail d’autres vidéastes, en identifiant la source, mais en réarrangeant le résultat. Enfreignant inévitablement le droit d’auteur, elle expérimente de pas être reconnue comme étant l’artiste qui a fait l’oeuvre bien qu’elle soit en mesure de l’identifier comme étant sienne : l’original est toujours plus reconnaissable que son oeuvre. Parmi les artistes obligés de collaborer avec Mastroiacovo dans cette première version de son projet en cours, mentionnons William Wegman, Dara Birnbaum, Antonio Muntadas et Douglas Gordon.

Thérèse Mastroiacovo est une artiste visuelle qui travaille en cinéma, vidéo, photographie, sculpture et performance. Elle vit et travaille à Montréal.

Bibliographie
-Tousignant, Isa, «Video killed the video star», Hour, 14-20 mars 2002, p.29.