Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques




image
© Page couverture l Book cover, Abus Mutuel : négocier la survivance, 2005.

le 16 novembre 2002
Colloque «Abus mutuel ou négocier la survivance»

Commissaires : François Dion, Marie-Josée Lafortune

Modératrice : Ingrid Bachman

Conférenciers : Lori Blondeau, Emmanuel Galland, Catherine Grout, Cuahtémoc Medina, Jeanne Randolph

En collaboration avec le centre d'artistes Artengine

Ce colloque rassemble des artistes, des critiques et des commissaires qui concourent, de par leur activité critique et artistique, à réévaluer notre rapport aux modèles et au réseau traditionnel de diffusion dans un contexte de mondialisation des marchés et de propension au nationalisme culturel. L’on peut percevoir dans leurs démarches une volonté de réagir et de repenser les habitudes, les automatismes et les conditionnements qui façonnent et déterminent l’existence de l’art, tant du côté de sa production et de sa présentation, que de sa réception et de son analyse.

Dans le contexte du colloque, les intervenants et les conférenciers invités avaient l’occasion d’examiner et de commenter ce qui leur semble signifiant et emblématique des attitudes actuelles, résultant de l’amalgame des motivations individuelles et des pressions institutionnelles. Les positions adoptées par chacun entraînent une activité critique, génèrent d’autres réseaux et des événements en périphérie du monde international de l’art, et ouvrent sur des alternatives.

À travers un dialogue qui cherche à faire partager ce qui se manifeste principalement dans le travail et l’action, la rencontre souhaite mettre de l’avant l’individu, entendu comme un agent intervenant dans le champ artistique, au sens où l’entendait Bourdieu. L’action est ainsi liée aux idées de présence et de persistance, voire de contre-pouvoir, inscrites dans l’esprit d’une constante négociation entre les différents agents.

Nous vivons présentement un ensemble de perturbations où la spontanéité, la transparence, la démocratie, les rencontres désintéressées, conformes à l’utopie moderniste, sont remises en cause. Les gestes et les actions posés aujourd’hui demandent de prendre en compte la part de négociation et de compromis que cela nécessite pour subsister. Et comme le disait Cuauhtémoc Medina à propos des responsabilités du commissaire, il faut savoir faire usage de «mésinterprétation productive, d’opportunisme responsable et d’abus mutuel».
- Cuauhtémoc Medina, «Another Hysterical Attempt to Theorise about Defeat : Untimely remarks on the fate of the XXV Bienal de São Paulo’s curatorial team»

Voir le catalogue des publications.


Lori Blondeau
Kinda Princess : The Life of a Performance Artist/b>

Lori Blondeau est une artiste d’origine Cree/Saulteaux qui vit à Saskatoon. Son travail inclut des performances, des sculptures et des productions en nouveaux médias. Ses œuvres explorent l’influence des médias de masse (contemporains et historiques) et de la culture sur l’identité aborigène, l’image et la définition de soi. Elle s’est intéressée à l’impact de la colonisation sur les rôles traditionnel et contemporain des premières nations et sur les styles de vie de leurs membres. En septembre et octobre 2001, elle participait à «Blast» (Galerie 101, Ottawa) et à «Locating Feminism» (MAWA, Winnipeg). Lori Blondeau est également membre fondatrice et directrice du centre d’artistes Tribe à Saskatoon.


Emmanuel Galland
Sans titre


Emmanuel Galland est artiste, communicateur, commissaire d’exposition, bien connu de la scène montréalaise pour son engagement auprès du centre d’artistes Clark où il a organisé avec succès des événements artistiques, l’on pense notamment aux bricolos, qui ont su rallier la communauté. Il navigue à travers plusieurs réseaux et manifestations, ayant participé au comité de programmation des deux forums «AfricAmérica» (2000-2002). Intéressé par les modes de diffusion et curieux de revisiter un eurocentrisme et un américanisme prédominants, il a parcouru la Biennale de La Havane, la Biennale des Caraïbes et celle de Dakar à titre personnel comme observateur.


Catherine Grout
Destination publique


Catherine Grout est docteure en histoire de l’art et en esthétique, et est commissaire de la Biennale d’Enghien-les-Bains depuis 1993. Elle est présentement professeure associée invitée à l’université Keio (Tokyo). Ses recherches et travaux concernent, depuis les années 80, l’art en milieu urbain et le paysage. Elle a récemment organisé les manifestations «Le paysage du fleuve Tamshuei, la ville rencontre le fleuve», 1er festival de Chuwei, à Taiwan et «Artists in akiya», à Tokyo, Kyojima, Japon (2002). Elle est également l’auteure de plusieurs livres : À propos de l’art dans la ville, éd. Unité Mobile, Besançon, 1991, Le Tramway de Strasbourg, éd. du Regard, Paris 1995, L’Art en milieu urbain, trad. Erimi Fujiwara, éd. Kajima, Tokyo, 1997, Pour une réalité publique de l’art, éd. L’Harmattan, Montréal/Paris, 2000, Pour de l’art dans notre quotidien. Des œuvres en milieu urbain, trad. Yao Meng-Yin, éd. Yuan-Liou, Taipeh, 2002. Membre fondateur du Groupe de Recherche franco-japonais sur le Paysage Urbain (Université de Tokyo, Fondation Toyota), elle a conçu un symposium international portant sur de nouvelles notions dans le domaine du paysage à TN Probe à Tokyo en 1997.


Cuauhtémoc Medina
Maximum effort, Minimum result


Cuauhtémoc Medina est critique d’art. Il a abondamment écrit sur l’art contemporain du Mexique et de l’Amérique Latine. Il a été conservateur en art contemporain du Carillo Gil Museum, membre de l’équipe de «Curare : Critical Space for the Arts» et est présentement chercheur à l’Institut de Recherches Esthétiques à l’Université nationale de Mexico. Il a récemment publié «Recent Political Forms : Radical Pursuits in Mexico» TRANS>arts.cultures.media, no 8, 2000 et Graciela Iturbide aux éditions Phaidon. Il a été conseiller éditorial pour le numéro spécial portant sur le Mexique de la revue Parachute et est commissaire d’une exposition présentement à la South London Gallery de la Tate à Londres.


Jeanne Randolph
Elegy for an Educated Bum


Jeanne Randolph une théoricienne culturelle, déformée par la psychanalyse, à qui l’éthique technologique, l’anti-intellectualisme, l’effacement public des imaginaires éthiques et l’impérialisme de la publicité ont pratiquement fait perdre la tête. Elle est maître assistant au département de psychiatrie de l’université de Toronto, fonction dont elle a volontiers dévié au cours des vingt dernières années pour lire, penser, écrire et commettre ses «exposés/performances». Son troisième recueil d’écrits, intitulé LIVES OF OBJECTS BRIEF AND ENDLESS : psychoanalytic images of a technological society, paraîtra en décembre 2002 aux éditions YYZ Books.


Le colloque s'est déroulé à la SAT, devant un public, sur une période de 4 heures. Les conférenciers ont fait une présentation individuelle de 15 à 20 minutes, à laquelle d’autres intervenants et le public ont pu réagir. Les présentations et les discussions alternaient avec la diffusion et la transmission sur le net, en direct ou en différé, d’œuvres vidéo et/ou de performance.
Le public relié par l’Internet a pu communiquer avec les conférenciers tout au long de l’événement, en utilisant une fenêtre «chat». Leurs questions ont été acheminées par le modérateur aux conférenciers durant les périodes de question.


François Dion est diplômé en Études des arts de l’Université du Québec à Montréal. Il a collaboré à divers périodiques québécois et canadiens, publié plusieurs textes de catalogue et collaboré à l’organisation de divers événements et colloques. Il est co-fondateur de Cube Éditeur. À titre de commissaire, il a organisé des expositions pour la Galerie VOX, Optica, le Centre d’art Saidye Bronfman à Montréal, ainsi que pour la Galerie 101 à Ottawa et le Centre d’art contemporain de Rueil-Malmaison (France). Il prépare actuellement une exposition pour la Galerie d’art d’Ottawa. Il a travaillé comme coordinateur au Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec de 1996 à 1998 avant de prendre la direction de la Galerie 101 à Ottawa. Il a été membre du conseil d’administration de Artist-Run Centres and Collectives of Ontario. Depuis 2001 il est directeur du Centre d’information Artexte à Montréal.

Marie-Josée Lafortune est directrice d’OPTICA, un centre d’art contemporain où elle travaille depuis 1993 à la diffusion et à la promotion des activités critiques et éditoriales de la galerie. Artiste, elle est aussi commissaire d’exposition et a publié des textes dans Parachute, Spirale, Esse et Mix Magazine. Elle vient de faire paraître avec Lynn Hughes, Penser l’indiscipline : recherches interdisciplinaires en art contemporain, qui débute une nouvelle collection d’essais critiques chez OPTICA.

Ingrid Bachman est une artiste interdisciplinaire qui réalise des installations et qui est à l’occasion, critique et commissaire d’exposition. Ses préoccupations sont orientées vers les technologies désuètes et les nouveaux médias numériques. Sa recherche actuelle porte sur des comportements émergents actualisés par des systèmes et des réseaux à partir du champ de l’Intelligence Artificielle comme modèles pour créer des oeuvres interactives. Elle est la co-éditrice de Material Matters, une anthologie critique regroupant des essais qui examinent les liens entre matériau et culture. Elle est présentement directrice du Programme de maîtrise es arts à l’Université Concordia.

Artengine est un centre d'artistes qui occupe, depuis sa fondation en 1996, l'espace virtuel du Web. Artengine favorise la représentation et la contribution des arts visuels et des nouveaux médias dans la définition du Web en développant et en participant à diverses interventions artistiques reliées aux technologies de l'information. Artengine privilégie la création et la diffusion d'oeuvres qui exploitent et questionnent les ressources des nouveaux médias et du Web dans leur réalisation et leur propagation. La philosophie d'Artengine est axée sur la reconnaissance du Web, qui peut agir à la fois comme un médium, un outil, un lieu de concertation et de collaboration, et un réseau facilitant la dissémination des oeuvres d'art.


Bibliographie
- Mavrikakis, Nicolas, «Arts Visuels, Nos Choix», Voir, 5-11 septembre 2002, pp.83-84.