Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Loly Darcel
du 23 avril 2004 au 29 mai 2004
Trait d'union, du fleuve à la rivière

Il n’y a ni passé, ni futur, mais seulement une série de présents successifs, un chemin perpétuellement détruit et continué, où nous avançons tous.
- Le temps ce grand sculpteur, MargueriteYourcenar

J’ai marché l’île de Montréal d’une rive à l’autre tel un trait d’union entre les deux, captant sur vidéo cette traversée intérieure et le temps qu’a pris le temps à s’écouler sur cette erre continue. Me fondant au mouvement de la ville, à celui des gens croisés, en essayant de garder synchronisés esprit, corps et souffle.

Ensuite sans bouger, j’ai observé et capté l’extérieur de l’île.

Dans la galerie et dans la mesure de mes possibilités physiques, je tente de refaire, dans la durée, le temps de la traversée en marchant surplace, accompagnée des deux projections vidéo.

Je fais du temps et, ou bien je suis tous ces temps présentés.

Dans sa pratique, Loly Darcel prend en compte la constitution du visible, du temps, du corps mis en situation où endurance et fragilité établissent des tensions, des opposés et cela, à travers les jeux de la représentation, intérieure et extérieure, de la pensée et de la connaissance dans l’investigation du réel. La signification de son travail se manifeste au gré des lieux investis dans la ville et au gré des actions entreprises auprès de personnes qu’elle aborde dans l’expérience de l’inconnu et du moment présent. Les modes d’expression qu’elle privilégie sont les installations vidéo et photographiques, les actions, performances et livres d’artistes. Ses productions témoignent aussi d’un intérêt pour l’art in situ et intègrent le plus souvent le tissu social et urbain: «le blanc des yeux», 2003, Le Lobe (Chicoutimi), «les vagues», 2003, Lorient (France), «lifesavers», 2001, Hôpital, Articule (Montréal), «La chimie des corps», 2003, Centre Vu (Québec), «changement d’aire», 2000, Lièges (Belgique), «petite histoire, naturelle, fragile bis», 1999, Lorient (France), «boulevard de l’effacé», 1997 (Montréal). Plusieurs de ses réalisations permanentes font partie de l’art public au Québec.