Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Hugo Guerreiro
du 10 septembre 2004 au 16 octobre 2004
Mettre les mots à nu

Deux thèmes principaux traversent les œuvres récentes de Hugo Miguel Serra Guerreiro : la mise en espace du temps et de la mémoire, et l’altération des perceptions que déclenche une relation nouvelle aux mots. Ces thèmes reflètent l’habilité même de l’artiste à cartographier sans relâche le monde. Dans Monde fragile des idées, le temps est mis en espace par la pointe d’un marqueur rouge, alors qu’une caméra enregistre en temps réel les mouvements aléatoires d’un humanoïde dont les tentatives ratées de comprendre son expérience temporelle se traduisent en écriture fragmentée. Pendant que la spectatrice et le spectateur projettent leurs propres expériences sur le récit qui se déploie à la fois sur le mur et sur la surface d’écriture, le contraste entre les dimensions spatio-temporelles permet une lecture plus globale de l’expérience du temps.

Dans l’une des autres œuvres, pièce centrale de l’exposition, une certaine phrase scintille de façon éthérée contre un mur dans un endroit choisi de la galerie, cadrant ainsi l’expérience que nous avons de cet espace et permettant la transformation de notre perception. Cette expérience déclenche un questionnement sur le pouvoir même des mots, un pouvoir intangible quoique indélébile puisque ce n’est qu’en exposant sa fragilité inhérente que le mot révèle également sa force incommensurable.

L’œuvre de Hugo Miguel Serra Guerreiro est donc un geste dans lequel la magie de la perception se déploie, au delà de sa signification. Un geste qui s’offre. La célébration infinie d’une rencontre. Mais il nous revient à nous, spectateurs, d’en découvrir le sens et de chérir cette découverte.
- Pedro Schachtt Pereira (2004)