Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Andrea Sala
du 17 janvier 2009 au 21 février 2009
Cicognino

Il nous arrive tous de regarder les nuages et d’y voir une image s’y former. Trouver du nouveau dans une forme ancienne – y découvrir un potentiel inédit – joue un rôle fondamental dans ma démarche artistique.

Le monde du design et de l’architecture me fascine. Je travaille à partir d’objets de design et de projets architecturaux, de même que d’images et de travaux d’autres artistes, pour en déduire des fonctions, des échelles et des réalités autres. En cours de processus, j’ajoute, je soustrais, je retravaille et m’approprie un élément qui existe déjà dans l’original de manière à reformuler celui-ci. J’aime revisiter l’origine d’une idée pour en révéler le potentiel latent et lui donner une nouvelle vie. Il m’arrive parfois, sur un mode quelque peu ironique, d’adopter l’attitude de son «créateur» pour créer son «portrait».

Comme pour plusieurs de mes projets, Cicognino (Petite Cigogne) a démarré par le repérage d’un objet quotidien : une table, dans ce cas-ci. En 1953, le designer italien Franco Albini dessine une petite table qui s’inspire de la forme d’une cigogne et la baptise Cicognino. J’ai une grande estime pour l’approche formelle et poétique d’Albini, et je considère qu’il a joué un rôle important dans l’histoire du design industriel. Grâce à une simple table, Albini a réussi à faire entrer la nature – à la fois la flore et la faune – dans nos maisons.

Dans ce projet, je multiplie la table d’Albini et transforme son échelle en ajoutant des éléments. J’en fais un troupeau d’objets pouvant donner une impression de mouvement, d’énergie, d’interaction – bref, une impression de vie. Il en découle un processus «d’acclimatation» de l’espace d’exposition à l’image d’un musée naturel que se partagent vingt-trois cigognes de différentes dimensions, réalisées en bois et peintes avec un minimum de couleurs.
- Andrea Sala

Né à Como en 1976, Andrea Sala est diplômé de l’Académie des beaux-arts de Milan. Il partage son temps entre Milan et Montréal.

Parmi ses réalisations, mentionnons Con Altri Occhi (Avec d’autres yeux) en 2006 (Milan, Palazzo della Ragione, commissaires Roberto Pinto et Katia Anguelova), où il présente Walk around, une construction sculpturale à partir de la carte topographique de Milan. Lors de la 9e Biennale d’architecture de Venise, en 2004, il réalise All21, une œuvre qui reprend et cite une installation du designer Achille Castiglioni pour la Triennale de Milan en 1954. Pour l’exposition Exit , (Fondazione Sandretto Re Rebaudengo, commissaire Francesco Bonami) en 2002, il proposeSans titre (villa Savoye) où il transforme la maquette du projet de Le Corbusier en étagère. En 2008, il présente Allunaggio y otras aterrizajes (Alunissage et autres atterrissages) au MACO, à Oaxaca, au Mexique et Andrea Sala Plays Chancey Gardner à Milan, en Italie.