Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Serge Murphy
du 9 mai 2009 au 13 juin 2009
Rien de tout cela (version 2009)

La relation à la sculpture et au monument prend une forme festive chez Serge Murphy. L’état de «work in progress» résume bien la nature du corpus d’œuvres que l’artiste a produit ces dernières années, un corpus en transformation qui échappe à la marchandisation si présente dans le monde de l’art. Rien de tout cela (version 2009) introduit l’idée d’une série autonome, répétitive et différente à chaque version.

Murphy met ici à l’épreuve sa propre démarche et, par ricochet, l’acte de collectionner. D’une présentation à l’autre, la pièce évolue considérablement, des matériaux et des objets apparaissent et disparaissent successivement. Suivant une logique interne, l’installation, qui en contient une autre, se densifie et dégage de nouvelles émotions selon le temps qui passe ou le lieu qui la reçoit.

Objets trouvés, recyclés et matériaux à l’état brut – voile, croix, dessins, photos, bouts de laine et ficelle – composent un répertoire ludique de formes et de signes en lien avec l’histoire de l’art, la peinture, le terroir et l’imaginaire populaire. En galerie, l’installation comprend plusieurs modules de bois peints, posés en équilibre les uns sur les autres et dressés comme d’innombrables tours. À l’instar de la première version, présentée en 2008 lors de la Manif d’art à Québec, chacun des modules – tablette, casier – renferme un ou plusieurs éléments. La seconde version a la particularité de quadriller l’espace; notre œil circule parmi les percées et points de vue, les surfaces et les volumes. Murphy s’adonne ainsi à un lent et minutieux travail de restitution, modelant le plein et le vide de l’espace d’exposition. L’unité de l’ensemble, aussi précaire soit-il, repose sur la profusion d’objets, de formes abstraites, d’aquarelles, de moulages et d’œuvres de l’artiste qui constituent un vaste collage.

L’impression d’être devant un chaos cède rapidement le pas à un système établi où chaque geste de l’artiste prend son sens dans cette répartition de masses et de lignes qui n’existent que par et dans le lieu. - Marie-Josée Lafortune


Cette exposition fait partie de la programmation de l'Off-Biennale de Montréal 2009.

OFF BNL MTL


Serge Murphy vit et travaille à Montréal. Il réalise des sculptures qui se déploient dans l’espace, des dessins, ainsi que des vidéos narratives (ces dernières en collaboration avec Charles Guilbert). Ses œuvres ont été présentées au Québec, au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. En 2007, il recevait le prix Ozias-Leduc pour l’ensemble de son œuvre.