Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Sarah Jane Gorlitz, Wojciech Olejnik
du 15 mars 2008 au 19 avril 2008
Exposition duo

Dans les œuvres qu’ils réalisent en collaboration, Sarah Jane Gorlitz et Wojciech Olejnik cherchent à élaborer différentes stratégies pour décrire le réel, en utilisant la durée offerte par l’animation image par image et en construisant des décors. Dans les deux vidéos présentées à Optica, le passage du temps est en fait une séquence de moments enchaînés, image par image. La durée n’est pas continue, procédant plutôt par sauts erratiques et par incongruités. Avec chaque image qui passe, l’œuvre attire l’attention sur sa propre existence, sa propre forme, pour échapper à la mesure du temps et à sa juridiction.

Les deux vidéos présentent des maquettes miniatures détaillées, montrant des couloirs et des plates-formes de métro abandonnés, des espaces apparemment dépourvus de fonction et perceptiblement fictionnels. Ces maquettes n’ont pas été réalisées avec l’intention d’être des répliques de lieux réels, mais sur le mode intuitif, comme si elles émanaient de l’imagination ou d’un souvenir lointain. Elles sont construites à partir de matériaux trouvés et familiers, ce qui les enracinent dans le monde physique, et en imitent parallèlement les systèmes et les fonctions. En tant que tels, ces espaces sont présentés dans des situations tout juste à l’extérieur de la réalité physique. Chaque espace devient un non-lieu, une illusion, une brèche entre le réel et ce qui semble en être le double modélisé. Par les prises de vues image par image, l’eau monte et baisse, mais toujours abruptement, irrégulièrement. En raison de la petite échelle de la maquette, sa marée apparaît plus épaisse, déferle plus lentement, comme un corps gras. C’est comme si, dans ce contexte, l’eau était réanimée, transfigurée, non plus de l’eau mais la forme de l’eau, l’illusion de l’eau.

Sarah Jane Gorlitz et Wojciech Olejnik collaborent depuis 2006 à la réalisation de vidéos et d’installations sculpturales sous le nom de SOFT TURNS. En 2007, ils étaient lauréats d’une bourse du Conseil des arts de l’Ontario pour artistes en début de carrière. Leurs œuvres personnelles et collectives ont fait l’objet d’expositions au Canada et en Allemagne. Ils vivent et travaillent tous deux à Berlin, en Allemagne, et à Toronto, au Canada.

Bibliographie
- «Preview, Quebec», Canadian Art, vol. 25, no 1, Printemps 2008, p.34.