Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Jacinthe Lessard-L.
du 7 novembre 2009 au 12 décembre 2009
En fonction de la forme

Jacinthe Lessard-L. explore l’esthétique du quotidien et de l’espace habitable, les interstices entre le normatif et l’individuel, dans des œuvres évoquant les formes picturales de la modernité. Elle s’intéresse tout particulièrement à des réalités contemporaines issues de la démocratisation du design. Ses recherches actuelles – exacerbant l’aspect de commodité présent dans les précédentes séries – portent sur le potentiel des matières polymériques qui envahissent notre culture visuelle, tout particulièrement l’emballage d’objets triviaux. L’exploration de ces résurgences colorées en dévoile toute la force évocatrice : la distance critique du médium photographique et l’ambiguïté inhérente aux images produites évoquent certaines pratiques minimalistes et exposent la trace d’utopies modernistes.

En effet, bien que la série présentée en galerie puisse sembler se révéler au premier regard, elle recèle divers niveaux de sens. Lessard-L. y sollicite notre mémoire collective et, selon les référents propres à chaque spectateur, différents réseaux intertextuels se mettent en place au gré de citations visuelles plus ou moins implicites. Ainsi, l’aspect ornemental de l’ensemble, combiné aux effets de matières et de textures, fera parfois penser aux arts décoratifs textiles; les contours tantôt nets, tantôt fuyants, voire incandescents pourront évoquer les rayogrammes; les aplats de couleurs vives rappelleront à certains les Colourfield Painting; d’autres encore feront le rapprochement avec l’International Klein Blue, et ce malgré le fait que la construction de l’image, sa matière colorée, soit dictée par les produits eux-mêmes.

Par ailleurs, la couleur n’est pas entièrement libérée de ses fonctions localisantes et figuratives : étrangement familière, nous parvenons parfois à identifier le matériau à la source de l’ouvrage, au-delà de toutes les manipulations subies. Il ne faut toutefois pas confondre ces épreuves chromogènes avec des œuvres numériques. Les objets trouvés sont saisis dans leur emballage d’origine et seuls l’éclairage, la composition et le travail en chambre noire sont mis à profit dans la construction d’une photographie dont l’ambiguïté vient repousser les limites du médium pris dans sa fonction de documentation.
- Geneviève Bédard

Jacinthe Lessard-L. a terminé en 2006 une maîtrise en arts visuels à l’Université Concordia. Ses projets ont été exposés au Québec, à Toronto, Nancy, Göteborg, Glasgow et prochainement au Musée de L'Élysée de Lausanne dans l’exposition «reGeneration 2 : photographes de demain».