Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques





Nelly-Ève Rajotte
du 15 janvier 2011 au 19 février 2011
ei

Nelly-Ève Rajotte – membre de Perte de Signal depuis 2003 – mène ses recherches sensorielles au sein d’installations à la fois vidéographiques et sonores. Paysages naturels et urbains déconstruits s’y déploient sur fonds musicaux «électro-organiques», trames sonores qui miroitent auditivement l’architecture des images en mouvement et qui, inversement, y laissent des traces visibles graphiquement. «ei», nouvelle œuvre inspirée de tableaux peints par Edward Ruscha, est sa proposition la plus épurée à ce jour. L’artiste poursuit son exploration des notions du double, de l’abandon et de la disparition dans cet environnement immersif qui sonde l’espace mythique des déserts américains.

De longs panoramiques y investissent progressivement toute la surface de l’écran. Ils défilent en bandes horizontales mouvantes, une composition en strates renvoyant tant à l’ordre géologique (couches de sédiments) qu’à un formalisme bien assumé. Au-delà de ces rappels, le morcellement de la surface, le dédoublement de prises de vue et le prolongement d’actions au sein même de certaines images accentuent l’impossibilité de saisir les motifs d’origine dans leur globalité. Ce sont quelques parcelles conservées en mémoire qui permettront de révéler les translations opérées par l’artiste; malgré l’impression d’unité spatiale et temporelle qui peut se dégager de l’ensemble, l’on y retrace ainsi de multiples paysages. Cela dit, les scènes captées sont agencées et recadrées sans autres interventions, (ré)activant divers accidents naturels en guise de liants : le tracé sinueux des routes et de la crête des montagnes, la végétation éparse émergeant des différentes tonalités de sable… L’artiste n’en altère ni le dépouillement, ni le lyrisme intrinsèque, s’en remettant à ce qu’elles lui inspirent intuitivement – l’immensité, le vide, le silence – une expérience et une attente qu’elle cherche à retranscrire en musique.

La bande sonore enveloppante qui en résulte plonge le visiteur dans un univers d’autant plus ambigu, une ambiance déroutante qui infuse une tension narrative aux vidéos. Notes, murmures et grésillements évoquent à la fois foulées humaines, pullulement d’insectes ou vrombissements atmosphériques. Enfin, la mise en espace de l’installation permet d’approfondir davantage les questionnements de Rajotte sur l’interaction œuvre/spectateur : les projections se situant dans un espace restreint, ce dernier est contraint de se mouvoir, un déplacement dans l’œuvre qui, selon l’artiste, «s’intègre dans une trame temporelle, tel un plan-séquence».
- Geneviève Bédard

L’artiste remercie le Conseil des arts du Canada et Perte de signal.

«ei» fait l'objet d'entrevues radiophoniques à l'émission In situ sur les ondes de CIBL et Espace Visuel, CINQ FM 102,3.
Entrevue de Nelly-Ève Rajotte à l'émission In Situ (In situ, 2 février 2011)
Entrevue de Nelly-Ève Rajotte à l'émission Espace Visuel (Espace Visuel, 10 février 2011)


Après un baccalauréat en histoire de l’art, Nelly-Ève Rajotte entreprend un second diplôme de premier cycle à l’École des arts visuels et médiatiques (UQÀM), formation qui se solde par l’obtention d’une maîtrise en 2006. Outre de nombreuses expositions en sol québécois – à la SAT, la Fonderie Darling, Parisian Laundry, Occurrence, Clark et L’Oeil de Poisson, parmi tant d’autres – ses œuvres ont été diffusées dans plusieurs festivals à travers l’Europe, de même qu’en Russie et au Mexique.