Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques




image
© Julie trudel, Test 44, projet CMYK project, 2011. Acrylique, encre de sérigraphie et gesso sur contreplaqué | Acrylic, silk screen printing ink and gesso on plywood. 35 x 35 cm. Gracieuseté de l’artiste | Courtesy of the artist. Photo : Richard-Max Tremblay.

Julie Trudel
du 12 mai 2012 au 16 juin 2012
Projet CMYK - phase 2

Julie Trudel propose une approche dite réflexive qui porte son attention sur le mode d’élaboration du tableau et sur l’image de la peinture elle-même. Elle explore les interstices entre l’ordre et l’aléatoire, questionne les tensions entre contrainte et liberté. Sa pratique repose sur une exploration méthodique de protocoles de travail simples, rigoureux et sériels qui, paradoxalement, impliquent l’intervention du hasard : gammes de couleurs restreintes, procédés d’application prédéfinis, principes de composition non hiérarchiques (all-over)... C’est par la répétition de ces opérations que le procédé choisi révèle toutes ses possibilités, au sein de tableaux d’une étonnante complexité perceptuelle.

Ainsi, Trudel présente «CMYK – phase 2», un projet où elle circonscrit sa palette aux quatre couleurs de l’imprimerie – quadrichromie ci-désignée par l’abréviation anglaise de cyan, magenta, jaune et noir. En s’imposant une telle contrainte, l’artiste évite les considérations plus décoratives ayant découlé du mélange de rose, gris et jaune choisis à même une charte Web pour sa série précédente, intitulée «rgb(127, 28, 174) rgb(238, 238, 0) rgb(229, 229, 229)» – acronyme rappelant la dénomination internationale des trois couleurs primaires en synthèse additive (red, green, blue) desquelles découlent le modèle colorimétrique RGB, propre au numérique. Le corpus exposé à OPTICA décline plutôt toutes les combinaisons issues de la synthèse soustractive, les couleurs secondaires vert, violet ou vermillon apparaissant au gré du dripping contrôlé de Trudel, en flaque ou en tondo.

En effet, les pigments primaires se mêlent ainsi physiquement et optiquement, goutte à goutte, grâce à de savants mélanges d’encre de sérigraphie industrielle à base d’eau et de peinture acrylique transparente, les recettes de dilution et d’alternance étant systématiquement répertoriées par l’artiste à l’endos de chaque œuvre. Elle affirme justement s’intéresser à «l’entropie de mélange de la couleur», dont l’exploration irait de pair avec le processus de création et la matérialité du tableau, au-delà d’effets strictement visuels. Par ailleurs, les références possibles aux Plasticiens (Claude Tousignant), au Color Field Painting (Kenneth Noland) ou à l’Op Art (Bridget Riley), pour ne citer que celles-ci, sont entièrement assumées. La pratique de Trudel s’inscrit dans une réelle tradition de recherche en peinture abstraite, un terrain d’expérimentation dont elle prouve la fertilité.

Geneviève Bédard

L’artiste remercie le Conseil des Arts du Canada, L’aire libre et l’Atelier Clark.

L'exposition «Projet CMYK -phase 2» de Julie Trudel fait l'objet d'un article de Sophie Busby sur The Belgo report, Optica - Projet CMYK -phase 2 (The Belgo Report, 30 mai 2012) et d'une capsule à l'émission de radio In situ (CIBL 101,5 fm) diffusée le 5 juin 2012 à 19h. Capsule : Julie Trudel (In situ, 5 juin 2012)



Julie Trudel a participé à plusieurs expositions de groupe, dont Collision 8 (Parisian Laundry, 2012), (Re)penser la peinture (Lilian Rodriguez, 2011) et Peinture fraîche et nouvelle construction (Galerie Art Mûr, 2010). Elle a récemment présenté à la Maison de la culture Maisonneuve sa première exposition solo, Projet CMYK – phase 1, marquant la fin de sa maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’UQAM. Demi-finaliste au Concours de peintures canadiennes RBC (Power Plant, Toronto, 2011), elle a obtenu une bourse du Conseil des arts du Canada (2012) et ses tableaux font partie de plusieurs collections particulières au Canada et en France.