Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques




image
© Pierre-Olivier Arnaud, 2012. Gracieuseté de l’artiste | Courtesy of the artist.

Pierre-Olivier Arnaud
du 8 septembre 2012 au 13 octobre 2012
a long distance call

Pierre-Olivier Arnaud (Lyon, France) arpente les espaces urbains à la recherche d’images, des collectes suite auxquelles il réalise un travail qui prend diverses formes : des sculptures de néon, des photographies, des magazines, mais surtout des affiches imprimées noir et blanc, collées directement au mur. Animé de la volonté de rendre compte de ce qui est « à la limite du cadre », « en deçà et au-delà de la représentation(1) », il constitue des ensembles de signes qui interrogent notre relation à l’image. Suite à un séjour à Montréal en août 2011, Arnaud présente « a long distance call », nouveau corpus qui s’inscrit dans le prolongement de « projet : cosmos » — dont le titre désigne des hôtels ainsi nommés et porte également les promesses du projet moderniste que l’artiste confronte à leurs environnements réels. Il les indexe selon une typologie remémorant celle des Becher.

À l’instar de sa série précédente, «les images sont ici et encore des restes, à la fois des images récoltées et (re)photographiées, mais aussi issues des scories de l’atelier, du lieu même de production [...] », indique l’artiste. Ce ne sont donc plus que «des faits d’images» formant un vocabulaire résiduel à la faveur d’une (re)lecture «des standards de la modernité, qui apparaît alors non seulement dans une distance mais aussi dans un temps différé et dans lequel l’image et sa promesse seraient sans cesse en faillite et retardées», poursuit-il. La grisaille qui les enveloppe leur confère un statut à part : telles des «machines à voir, à reconsidérer les conditions du regard», elles questionnent le photographique et sa prise sur la réalité, ici non spectaculaire, loin de toute prouesse technique. S’intéressant davantage au processus qu’à l’objet représenté, Arnaud accentue le caractère éphémère et conceptuel, s’éloignant du rétinien et du format traditionnel de l’œuvre.

Ainsi, l’artiste s’active à réaliser des dispositifs, réfléchissant aux modalités de présentation et d’exposition. Il fut notamment co-commissaire avec Stéphane Le Mercier de «Table d’Hôtes» (2007-2010), un dispositif mobile d’exposition et de présentation — une table et ses deux bancs — où furent invités et accueillis des artistes dont les travaux empruntaient leur forme à celles de la documentation, des archives et de l’édition. Il travaille de plus en plus à l’échelle de cette globalité, chaque composante étant indissociable d’un tout.

Marie-Josée Lafortune
révision : Geneviève Bédard

(1)Marie de Brugerolle, « Under Exposure », in Rendez-vous 07, Lyon, 2007.

Cette exposition est une proposition de l’association Leden et a bénéficié du soutien du Ministère de la culture - DRAC Rhône-Alpes.

Né en 1972, Pierre-Olivier Arnaud vit et travaille à Lyon. Il a agi comme commissaire et pris part à nombre d’expositions en Europe, notamment au MAMCO (Genève) et au Magasin, Centre national d’art contemporain (Grenoble). Il est représenté par art : concept (Paris).