Optica

+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques




image
Julien Discrit, Brighter than a thousand suns (détail), 2007.
Avec l'aimable autorisation de l'artiste | Courtesy of the artist

Julien Discrit
Claire Hannicq
Anouk Kruithof
Jacinthe Lessard-L.
Pétrel | Roumagnac (duo)
Alana Riley

Commissaire | Curator : Claire Moeder

du 16 avril 2016 au 11 juin 2016
Loin des yeux

Samedi le 16 avril

14h - Discussion avec Julien Discrit et Anouk Kruithof - animée par Claire Moeder

15h à 18h - Vernissage


Loin des yeux engage le regardeur dans une exploration de l’invisible. L’exposition englobe une sélection d’œuvres photographique et vidéographique dont les images partielles, souterraines et ambivalentes se dérobent au regard. Elle réunit les artistes Julien Discrit (France), Claire Hannicq (France), Anouk Kruithof (États-Unis / Pays-Bas), Jacinthe Lessard-L. (Québec), Pétrel | Roumagnac (duo) (Finlande / France) et Alana Riley (Québec).

Ces derniers expérimentent des brouillages visuels qui rendent compte de plusieurs strates de visibilité, lesquelles déplacent notre perception pour la conduire – ou la perdre – vers des images cachées qui oscillent entre disparition et révélation. Infiltrant ces diverses possibilités d’existence, l’exposition explore les stratégies singulières de dissimulation et de résistance qui d’emblée affectent notre lecture des œuvres.

La disparition totale ou partielle du sujet, son accès rendu presque impossible dû à un brouillage volontaire par parasitage, est une stratégie récurrente. Elle invite à expérimenter les œuvres dont la perception est vacillante et maintenue en tension ; elle place notamment le regardeur dans une position ambiguë tant physique que réflexive. Ainsi, l’exposition introduit de nouvelles relations entre les œuvres et le spectateur, en les soustrayant ou en les dérobant partiellement à la vue. Ces déclinaisons engendrent une frustration latente qui oblige à appréhender différemment l’image qu’elle soit fixe ou en mouvement.

Anouk Kruithof réalise une série à partir de négatifs trouvés sur lesquels elle appose les empreintes lumineuses d’un flash. L’éblouissement causé par un Iphone, tel un geste d’effacement et de râture d’une mémoire, compose des images hybrides et résiduelles. Jacinthe Lessard-L. évoque quant à elle l’appareil photo argentique. Elle produit l’image elliptique et inversée d’un objectif, puisant dans l’aspect non visible de la photographie pour en interroger la nature-même. Julien Discrit ne conserve de la photographie que sa source lumineuse. En isolant à l’aide d’un spectromètre la lumière prise dans un temps et dans un lieu précis, il crée une installation où le réel capté devient désormais une image sans image qui renvoie uniquement au filtre de la couleur.

Dans son œuvre vidéo, Alana Riley retourne la caméra numérique face à la source lumineuse afin de produire une image liminale aux limites de l’abstraction. À l’instar de Riley, Claire Hannicq engendre des effets d’éblouissements volontaires qui interrogent l’acte photographique. Toutes deux exploitent le potentiel lumineux d’une scène filmée ou d’une photographie mise en scène dans l’espace pour brouiller momentanément la vision et semer le doute sur les modalités d’existence des images. Avec une série de photographies accessibles en ligne qu’une seule fois, Hannicq affirme également le paradoxe du statut unique de l’image pourtant reproductible. Le livre objet de Pétrel | Roumagnac place le spectateur face à une image absente. Le duo propose une transcription textuelle de prises de vue photographique et de manipulations d’images réalisées dans une réserve muséale. L’écriture emprunte sa forme au théâtre pour restituer les images par le biais de didascalies, sans être exposées au regard. Dans son ensemble, l’exposition met en jeu des images contradictoires, appelées à se dissiper dans l’instant de leur apparition. Ces dernières affirment l’existence persistante du médium photographique, tout en étant malgré tout fuyantes : que ce soit dans la disparition ou l’ellipse, l’occultation ou l’abstraction, la matérialité de l’image et sa fragilité ne sont jamais très loin.

Par le biais de simples manipulations, parfois combinées aux technologies actuelles, les processus à œuvres peuvent évoquer les explorations lumineuses de la photographie et du cinéma des premiers temps. Les artistes réunis tissent un lien sensible, parfois ténu, parfois plus assumé avec ces expérimentations pour revenir à une utilisation accidentelle, spontanée ou combinée de la lumière comme premier matériau de création. Loin des yeuxne propose pas tant un rapport nostalgique au médium qu’un détournement critique et ludique qui permet de redéfinir notre rapport aux images et leurs modes d’apparition actuels. Il invite à réinventer une contemplation, face à des images instables et indociles, pour amorcer une réflexion sur la production de masse et leur prolifération dans la culture visuelle aujourd’hui.

Claire Moeder remercie le Conseil des arts et lettres du Québec de son appui financier.


Conseil des arts et des lettres du Québec

DOSSIER DE PRESSE (pdf)

DESCRIPTION DES OEUVRES (pdf)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE(pdf)

REVUE DE PRESSE

FISET, Daniel (2017). « Loin des yeux »,Ciel variable, no.105, p. 89.
DELGADO, Jérôme, 2016. « L’expérience du (in)visible », Le Devoir, 30 avril. Web, "http://www.ledevoir.com/culture/arts-visuels/469484/l-experience-du-in-visible".

DISCUSSION
Samedi 16 avril- 14h (avant le vernissage)
Julien Discrit & Anouk Kruithof
Animée par Claire Moeder
En français et anglais

Les artistes échangeront sur leur pratique en lien avec la photographie.



Julien Discrit est né en 1978 à Épernay, France. Il vit et travaille à Paris.

Julien Discrit est diplômé de l’École supérieure d’art et design de Reims (2004). Ses œuvres ont fait l’objet d’expositions individuelles (Ensapc Ygrec, Paris, 2015; Institut français de Roumanie, Bucarest, 2006; Jeu de Paume, Paris, 2005) et collectives (Centre Pompidou-Metz, 2016; Galerie Thomas Henry Ross, Montréal, 2014; Fundación Proa, Buenos Aires, 2012; La Biennale de Lyon, 2011). Il a pris part à plusieurs projets collaboratifs présentés en Europe entre 2009 et 2013. Discrit comptait parmi les finalistes du 10e prix de la Fondation d’entreprise Ricard (Paris, 2008).
http://www.juliendiscrit.com/

Claire Hannicq est née en 1984 à Auxerre, France. Elle vit et travaille à Besançon.

Claire Hannicq est titulaire d’un diplôme de La Haute École des Arts du Rhin de Strasbourg (2010). Ses œuvres ont été présentées en France lors d’expositions individuelles (Toshiba House, Besançon, 2015; My monkey, Nancy, 2014) et collectives (Musée du temps, Besançon, 2015; Musée de l’imprimerie, Lyon, 2012). Elle a également participé à l’événement transfrontalier Regionale (France, Suisse et Allemagne, 2013 à 2015) et à plusieurs résidences internationales (Fonderie Darling, Montréal, 2014; Ergastule, Nancy, 2014; Strasbourg/Dresde Grafikwerkstatt, Dresde, 2012).
http://www.clairehannicq.com/

Jacinthe Lessard-L. est née à Québec. Elle vit et travaille à Montréal.

Jacinthe Lessard-L. est titulaire d’une maîtrise en beaux-arts de l’Université Concordia à Montréal. Ses œuvres ont été présentées dans le cadre d’expositions individuelles au Québec (Dazibao, Montréal, 2014; VU Photo, Québec, 2011; OPTICA, Montréal, 2009) et au Canada (Truck, Calgary, 2014). Elle a également fait partie d’expositions collectives en Europe (Museum im Kulturspeicher, Wurzbourg, 2015; Musée de L’Élysée, Lausanne - itinérante de 2010 à 2015; Galerie Genscher, Hambourg, 2012; Biennale de l’image, Nancy, 2008) et en Russie (Arkhangelsk photo festival, 2015; Musée national de photo Rosphoto, Saint-Pétersbourg, 2013). Elle a publié les livres d’artiste La Pataphysique de l’espace (2015), Le Décalogue, après dieu et Kieślowski (2013) et enseigne les arts visuels au Collège Montmorency (Laval).
http://jacinthelessard-l.com/fr/

Anouk Kruithof est née en 1981 à Dordrecht, Pays-Bas. Elle vit et travaille à New York et à Bruxelles.

Anouk Kruithof est diplômée de l’Académie d’art et de design St. Joost de Breda (2003). Elle a fait partie de plusieurs expositions individuelles (BoetzelaerINispen, Amsterdam, 2015; Festival Images, Vevey, 2014; Künstlerhaus Bethanien, Berlin, 2009). Ses œuvres ont été également présentées aux États-Unis, en Europe et en Asie dans le cadre d’expositions collectives (MoMA, New York, 2015; Stedelijk Museum, Amsterdam, 2014; Daegu Photo Biennale, Corée du Sud, 2012; Festival de photographie de Hyères, 2010 ; Musée d’art moderne et d’art contemporain, Liège, 2008). Kruithof a reçu le prix Infinity Award, décerné par l’International Center of Photography (New York, 2012), et le prix Charlotte Köhler du Prins Bernhard Cultuurfonds (Amsterdam, 2014). Elle a publié plusieurs livres d’artistes recensés sur la plateforme stresspress.biz.
http://www.anoukkruithof.nl/

Pétrel | Roumagnac (duo)
Aurélie Pétrel est née en 1980. Elle vit et travaille à Paris et à Genève.
Vincent Roumagnac est né en 1973. Il vit et travaille à Helsinki.

Aurélie Pétrel et Vincent Roumagnac mènent depuis 2012 une recherche en duo nourrie de leurs parcours respectifs en photographie et en théâtre. Leur collaboration prend la forme d’installations et d’actions qui ont été présentées au sein de galeries (Galerie Escougnou-Cetraro, Galerie Michel Journiac, Paris, 2015), de centres d’exposition (Cité Internationale des Arts, Paris, 2014; Centre Photographique d’Ile-de-France et Cinéma Apollo, Pontault-Combault, 2014) et de théâtres (Théâtre de Vénissieux, 2015; Zodiak-Center for New Dance, Helsinki, 2013; Théâtre de l’Élysée, Lyon, 2012). Ils ont réalisé ensemble une résidence à la Fonderie Darling (Montréal, 2014). Aurélie Pétrel est actuellement professeure et responsable du Pool Photographie à la Haute École d’art et de design à Genève. Vincent Roumagnac poursuit un doctorat à l’Université des Arts d’Helsinki.
https://petrelroumagnacduo.wordpress.com/

Alana Riley vit et travaille à Montréal.

Alana Riley détient une maîtrise de la University of Southern California. Elle a présenté plusieurs expositions au Québec (Musée régional de Rimouski, 2010; Musée d’art contemporain de Baie-St-Paul, 2008; Galerie Joyce Yahouda, Montréal, 2007, 2009 et 2010) et à l’étranger (Division of Labour, Londres, 2016; Crawford Art Gallery, Cork, 2011; Exposition Universelle de Shanghai - Art Contemporain de Montréal, 2010; The National Sculpture Factory, Cork, 2009). Elle a participé à plusieurs résidences (Opekta, Cologne, 2012; The National Sculpture Factory, Cork, 2009). En 2010, Riley a reçu le Prix Pierre-Ayot de la Ville de Montréal et a compté parmi les finalistes du prix Flash Forward de la Fondation Magenta (Toronto).
http://www.alanariley.com/

Claire Moeder est née en 1984 à Strasbourg, France. Elle vit et travaille à Montréal.

Claire Moeder est commissaire et auteure. Elle publie régulièrement dans les revues esse art + opinions et Ciel variable et collabore comme chroniqueuse pour ratsdeville et CIBL à la radio. Elle a contribué à des publications consacrées à la photographie dont Le Mois de la Photo à Montréal (2009) et Christian Marclay : SNAP! (2010). Ayant pris part à des résidences pour commissaires aux États-Unis (International Studio & Curatorial Program, 2013) et au Québec (Est-Nord-Est, Saint-Jean-Port-Joli et La Chambre Blanche, 2015), Moeder a récemment conçu les expositions individuelles des artistes Sayeh Sarfaraz (Maison des arts de Laval, The Invisible Dog Art Center, Brooklyn, 2014) et Jacinthe Lessard-L. (Maison des arts de Laval, 2016). Ses recherches sur les usages actuels de l’image sont guidées par une quête attentive des formes de l’invisible, où la contemplation de ce qui échappe au regard lui permet de réinventer un rapport mouvant au monde.
http://clairemoeder.blogspot.ca/