Optica
+ Programmation + Archives Décades + Nouvelles + Publications + Soutenez Optica + Info

Décades

Expositions 2019

Année
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 | 2019 |

Liste des artistes, auteurs et commissaires

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

Fonds documentaire OPTICA (Service des archives de l'Université Concordia)

Ouvrages aidant à la consultation des archives

Droits électroniques




image
Juan Ortiz-Apuy, La Guaria Morada, 2016. Humidificateur industriel, déshumidificateurs, peinture Skylla, orchidées Guaria Morada (aka la fleur nationale du Costa Rica), éclairage et système de chauffage, dimensions variables | Industrial mist humidifier, dehumidifiers, Skylla paint, Guaria Morada Orchids (aka the national flower of Costa Rica), lighting and heating systems, dimensions variable. Avec l'aimable permission de l'artiste | Courtesy of the artist

Juan Ortiz-Apuy
du 19 janvier 2019 au 16 mars 2019
La Guaria Morada

L’exposition La Guaria Morada de Juan Ortiz-Apuy introduit des orchidées tropicales, un humidificateur industriel à ultrasons et des déshumidificateurs afin de former un environnement artificiel dans un état de négociation et de précarité perpétuelle. Concentrée autour de la fleur nationale du Costa Rica, cette installation, réel écosystème fragile, réfère au pays d’origine de l’artiste et se rapporte aux situations prises dans des conditions aussi incertaines et vulnérables. Dépendant de l’éclairage de la galerie et du personnel nécessaire à sa maintenance, les orchidées sont similaires à l’objet d’art, maintenus par des systèmes visant à favoriser et nourrir la pratique artistique.




image
Léa Moison, Traduction 1, 2016. Impression 3D de la traduction 1, 12 X 9 X 10 cm.
| 3D Print from the translation 1, 12 X 9 X 10 cm. Avec l'aimable permission de l'artiste | Courtesy of the artist

Léa Moison
du 19 janvier 2019 au 16 mars 2019
25/09=1

Dans le cadre de l’exposition 25/09=1 Léa Moison présente un corpus de dessins et de sculptures réalisées par modélisation 3D, obtenues à partir de protocoles et de systèmes, qui tentent de traduire le son tridimensionnellement. Chaque pièce provient d’un processus de transferts de données découlant d’une série de relais effectuée d'une discipline à l'autre, suivant un système d'équivalence bien défini : ainsi la musique devient partition qui devient dessin qui devient objet qui devient musique, et ainsi de suite. Moison tente de recréer un univers aérien, presque inexistant et irréel, une ambiance onirique qui résultent d’un jeu avec les codes de la réalité virtuelle.




image
Pavitra Wickramasinghe, Studio Experiment, 2013. Photographie numérique, dimension variable. Avec l’aimable permission de l’artiste. | Digital photography, variable size. Courtesy of the artist

Théâtre d’ombres avec Pavitra Wickramansinghe | Shadows theater with Pavitra Wickramansinghe
du 1 février 2019 au 30 avril 2019
NOUVEAU ! Projet satellite avec les tout-petits de La Sourithèque

Centre de la petite enfance La Sourithèque, quartier Centre-Sud
Printemps 2019

Ce projet satellite, à l’extérieur des lieux d’OPTICA, est réalisé conjointement avec l’artiste Pavitra Wickramansinghe. Les enfants de La Sourithèque participeront à la création d’une œuvre cinétique collective – un jeu d’ombres fantasmagoriques - installée temporairement dans leur milieu de vie. Se voulant une invitation au voyage pour aller à la rencontre de l’autre, le projet vise à faire découvrir aux tout-petits la culture de leurs ami.e.s et de leurs familles.

Théâtre d’ombres reçoit le soutien de la Fondation du Grand Montréal dans le cadre du programme Initiatives communautaires 2018 en lien avec les objectifs de développement durable des Nations-Unies.

www.souritheque.com

Le programme éducatif reçoit le soutien de la Fondation du Grand Montréal, Programme Initiatives communautaire 2018, et de la Caisse Populaire Desjardins du Plateau-Mont-Royal.




image
Adam Basanta, A Large Inscription / A Great Noise, 2018. Installations sonores cinétiques. Médium mixte. | Kinetic sound installations. Mixed media. Photo: Emily Gan. Avec l'aimable permission de l'artiste | Courtesy of the artist

Adam Basanta
du 13 avril 2019 au 15 juin 2019
A Large Inscription / A Great Noise

L’exposition individuelle d’Adam Basanta A Large Inscription / A Great Noise rassemble deux installations sonores cinétiques mettant en scène des microphones automates qui s’efforcent de dessiner un cercle sur le sol recouvert de gravier. Par le fait même Basanta pose une réflexion sur le cercle qui incarne une forme majeure dans la nature, dépourvue de début et de fin. Chaque œuvre articule une tension entre l’origine conceptuelle du cercle, comme forme géométrique parfaite, et ses limites matérielles. La galerie sera habitée par les traces circulaires imparfaites laissées par les automates qui produisent des sonorités ambiantes et texturées.




image
Jo-Anne Balcaen, David Zwirner, Tuesday, January 13, 2015, 4:32 pm, 2015. Photographie numérique, 40,64 x 50, 8 cm. | Digital Photography, 40,64 x 50, 8 cm. Avec l'aimable permission de l'artiste | Courtesy of the artist

Jo-Anne Balcaen
du 13 avril 2019 au 15 juin 2019
Dynamique interne/ Internal Dynamics

À travers Dynamique interne/ Internal Dynamics Jo-Anne Balcaen présente une série de photographies réalisées durant une résidence de six mois à New York entre 2014-2015. Elle propose une analyse critique du système de l'art et de l'homogénéité des espaces de galeries commerciales new-yorkaises. En s'appropriant les lieux, elle s’intéresse à capturer les coulisses des institution : les clichés d’intérieur cherche à montrer l’opacité des mécanismes du milieu de l’art, les aspects cachés du travail de galerie, les relations de pouvoir. Chaque photographie met en scène les limites physiques et psychiques entre l’espace public de la galerie et ses zones d’accès réservées : entrées de bureau, corridors barricadés et portes marquées « PRIVATE ».