+ Programming + Archives Décades + News + Publications + Support Optica + Info

Décades

Exhibition

Years
1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987 | 1988 | 1989 | 1990 | 1991 | 1992 | 1993 | 1994 | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |

Index of artists, authors and curators

| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W | Y | Z |

OPTICA Fonds (Concordia University Archives)

Guidebooks to help in consulting the archives

Electronic Reproduction Fees





Alain Fleischer, Gilbert Boyer
From November 23rd 1991 to December 20th 1991
Artistes en miroir

The following document is only available in French :

« […] Pendant un an et demi, Boyer et Fleischer ont établi des liens épistolaires relayés par ces systèmes de communication sophistiqués que sont le télécopieur et le téléphone, élaborant et peaufinant peu à peu ce work in progress insolite qui transporte désormais les marques et les indices de leurs correspondances épisodiques au-dessus des continents. Projeté grandeur nature dans la vitrine de l’ancienne librairie Champigny encore pleine de la présence virtuelle de tous les recueils qui ont garnis les rayons de ses bibliothèques, le spectre fugitif et colossal des couvertures de leur livre au titre visionnaire dont les maquettes figurent à Optica (Vues de loin (Vitrines), par Gilbert Boyer chez XYZ et L’exposition de projets par Alain Fleischer chez Gallimard), apparaît et s’évanouit à la nuit tombée telle une éclipse insolente. Puis les livres quittent leur habitacle naturel, la librairie, pour hanter la galerie d’art et s’investir d’une aura singulière : ils deviennent alors une œuvre en soi, immense, agrandie par des projections diapo, un univers privé désormais livré en pâture au public. Ici, l’acte solitaire de la lecture se fait avec les autres, les spectateurs qui passent, s’arrêtent, ajustent parfois leurs lunettes pour pénétrer avec vous dans le corps de l’œuvre et amorcer un dialogue silencieux avec deux textes identiques où une phrase, perverse, jaillit de l’ensemble : « Ce qui compte, c’est le premier regard. »

[…] L’installation de Boyer et de Fleischer, ce tandem au verbe délié et aux origines linguistiques similaires, laisse résonner alors dans la tête du spectateur une folle envie de participer par l’imagination, au déroulement de cette histoire sans fin. »
- Cron, Marie-Michèle, « Artistes en miroir », Le Devoir, décembre 1991.

- Cron, Marie-Michèle, « Artistes en miroir », Le Devoir, décembre 1991. - «Artistes en Miroir, Optica, Montréal, Québec», Parallélogramme, vol. 17, no. 3, 1991-92, p. 80.